RETOUR DIRECTOIRE, CONSULAT ET EMPIRE
Son cercueil fut transporté jusqu’aux Invalides sur une prolonge d’artillerie.
NAPOLÉON II ou LE ROI DE ROME, dit L'AIGLON (1811 - 22 juillet 1832)
Eglise du Dôme des Invalides (Paris)
Revêtue de son uniforme blanc de colonel du régiment d’infanterie de Nassau, sa dépouille fut présentée au public avant de prendre le chemin de la chapelle de la Hofburg pour une veillée On l’y mena nuitamment sur une civière tirée par deux barbeaux et entourée d’officiers à cheval du régiment de la Wasa. Ses armes, l’urne contenant son cœur et celle de ses entrailles étaient présentées devant le catafalque.
Le 27 juillet, le duc de Reichstadt fut inhumé dans la crypte impériale (crypte François où reposait son grand-père) du couvent des Capucins de Vienne.
Cercueil du Roi de Rome dans la crypte impériale
Des années plus tard, Napoléon III tenta bien de récupérer le corps, mais l’Empereur François-Joseph s’y opposant fermement, il fallut attendre 1940.
Hitler, grand admirateur de Napoléon Ier, ordonna le transfert des restes de Napoléon II en France.
Le 14 décembre 1940, à minuit, son cercueil entrait en gare de l’Est à Paris et fut transporté jusqu’aux Invalides sur une prolonge d’artillerie.
Une heure plus tard, par un froid glacial, les autorités allemandes, représentées par l’ambassadeur Otto Abets, le remettaient à l’amiral Darlan. De deux à trois cents Français, formaient le cortège funèbre.
« C’est solennel et triste » dira Sacha Guitry.
Son cercueil fut déposé dans la chapelle Saint-Jérôme au pied du tombeau de son oncle Jérôme Bonaparte où il resta jusqu'au 15 décembre 1970.
 

Cent ans jour pour jour après que les restes de son père eurent été ramenés de Sainte-Hélène, le père et le fils étaient enfin réunis pour l’éternité.
 
Sa vie inspira le drame de L’Aiglon à Edmond Rostand dont Sarah Bernhardt fut la plus célèbre interprète.
Veillée du corps aux Invalides par la Garde Républicaine et la Jeunesse française
Sépulture de Napoléon II en l'église du Dôme des Invalides. © MCP
 
Napoléon, en tenue de sacre, veille sur la tombe de son fils dans la chapelle qui lui est dédiée près de son tombeau. Sur les murs en marbre sont gravés les hauts faits d'armes de l'Empereur.
 
Merci à Antoine Roussel pour l'indication du dossier photos sur le retour des cendres. Sources: Jean-Yves Labadie  http://laiglonparlimage.voila.net/le-retour-des-cendres.html
(*) commentaire(s)
« Ma naissance et ma mort, voilà toute mon histoire. Entre mon berceau et mon tombeau, il y un grand zéro ». Tel était le constat emprunt de lucidité et de tristesse pour ce jeune homme au destin splendide espéré par son père et dont il ne vit rien.
 
Au grand bonheur de Napoléon Ier, sa seconde épouse, l’impératrice Marie-Louise, lui donna le fils tant attendu qui fondait ses espoirs dynastiques.
Mais François Charles Joseph Napoléon, fait Roi de Rome à sa naissance, fut balayé par l’histoire. Sans être comparable à celui de Louis XVII, on ne peut s’empêcher d’être touchés par le sentiment d’abandon auquel ces deux princes furent condamnés pour être les fils de leurs pères. Deux enjeux politiques dont les morts arrangèrent les circonstances.
Porté par des gardes républicains, le cercueil est acheminé vers la chapelle des Invalides
Le cercueil de l'Aiglon contourne le tombeau de l'Empereur
Le cercueil du Roi de Rome dans le wagon spécialement aménagé en chapelle ardente.
Le cercueil de l'Aiglon, tel qu'on pouvait le voir aux Invalides avant 1970.
© Jean-Yves Labadie http://laiglonparlimage.voila.net/le-retour-des-cendres.html
En janvier 1814, quand les Alliés envahirent la France, Napoléon confia son fils au patriotisme de la Garde nationale. Quand il fut vaincu en avril, il abdiqua vainement en sa faveur. Ramené rapidement par sa mère à la cour d’Autriche en avril 1814, son grand-père, l’empereur François Ier, le fit duc de Reichstadt. Néanmoins, dans le traité de Fontainebleau (11 avril) François Ier réservait les droits de son petit-fils avec Marie –Louise comme régente.
 
Le 22 juin 1815, Napoléon abdiqua de nouveau en sa faveur ce que la chambre des Cents-Jours reconnut. Mais le retour des Bourbons annula cet acte. Les bonapartistes plaçaient de grands espoirs en lui. Le Fils de l’homme, poème de Barthélemy et Méry paru en 1829, célébra sa gloire avec un grand succès. On acclama son nom lors de l’insurrection de juillet 1830 mais Louis-Philippe confisqua la révolution à son profit. La Pologne offrit aussi des possiblités, mais rien n’aboutit.
 
En Autriche, on se méfiait de ce culte bien vivant en France. L’Aiglon, tout en menant l’existence d’un prince autrichien, demeurait sous étroite surveillance et restait un instrument politique de l’échiquier européen pour Metternich, c’était bien là le problème.
 
Néanmoins, en 1831, il profita de sa rencontre avec Marmont, duc de Raguse, alors en exil avec Charles X , pour s'instruire du culte de son père.
 
Comme un héros romantique, la tuberculose le gagna et l’emporta à cause de soins inappropriés. Entre autres, Metternich refusa qu’il rejoigne sa mère sous le soleil de Parme. Il montra beaucoup de courage. Marie-Louise arriva trop tard. Sa disparition arrangeant bien du monde en Europe, les pires suppositions rebondirent d’une frontière à l’autre quant à sa maladie.
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.