RETOUR ESPAGNE
RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
Si la saga des dynasties royales françaises peut parfois nous sembler complexe, que dire de celle des rois d’Espagne !
Jusqu’au début du 8ème siècle les choses étaient à peu près claires. Mais, entre le 8ème et le début du 16ème siècle, l’histoire se compliqua.
En 711, les Maures d’Afrique du Nord franchirent le détroit de Gibraltar. Pire qu’une déferlante, ce fut un vrai tsunami qui s’abattit sur la péninsule. Charles Martel les ayant stoppés en (ou vers selon des spécialistes) 732 à Poitiers, ils se replièrent en Espagne où ils se disséminèrent partout sauf dans les Asturies et le Pays Basque, provinces à la géographie beaucoup plus difficile d’accès.
Parallèlement à cette conquête, les créations de royaumes (Asturies, Galice, León, Castille, Aragon et Navarre), leurs unions, désunions, réunifications et absorbations, générèrent un grand nombre de souverains, reines, rejetons princiers et de bâtards.
Tout ce petit monde étant régulièrement imbriqué dans les histoires des différents royaumes durant des siècles, il faudra 750 ans pour mettre fin à ce puzzle historique et à la Reconquête catholique (Reconquista) avant l’unification générale du pays en 1516.
SÉPULTURES DES ROIS D’ESPAGNE (généralités)
18 février 2013
Au regard de ce qui précède, il est clair que contrairement à la France qui, depuis le 7ème siècle n’avait que la basilique Saint-Denis comme nécropole royale, l’Espagne en aura un nombre bien supérieur. D’où la difficulté récurrente pour localiser la bonne personne au bon endroit. En effet, il arrive fréquemment que l’élection d’un panthéon se chevauche avec un autre ce qui occasionne une certaine confusion.
 
Au début les choses étaient pourtant simples : à chaque royaume son roi, sa capitale et sa nécropole royale. Puis, accompagnant le développement géographique du royaume, une nouvelle ville devenait capitale et, dans la foulée, le souverain régnant choisissait aussi un nouveau lieu de sépulture marquant ainsi sa propre empreinte terrestre.
Mais bien vite, les guerres de conquêtes, les unions matrimoniales ou strictement politiques, les changements de dynastie et les héritages entraînèrent des mains mises radicales d’états sur d’autres et l’adoption de nouveaux panthéons royaux. Le glissement géographique d’un panthéon à l’autre reste indissociable de la chronologie historique.
 
C’est ainsi que, grosso modo, on peut distinguer trois grandes familles de nécropoles.
- La première (Asturies, Léon et Castille) est aussi la plus ancienne en raison de l’époque de la fondation du royaume des Asturies vers 722.
Les Asturies réunies au royaume de Léon formèrent le royaume des Asturies et du Léon.
En 1230 la Castille réunissait définitivement ce royaume au sien. Les rois de Castille portèrent dorénavant le titre de rois des Asturies, de Léon et de Castille pour se simplifier avec le temps en simple rois de Castille.
 
- Selon le même principe, la seconde des grandes familles de nécropoles royales est celle composée par les rois de Navarre puis ceux d’Aragon/Catalogne. Il est important de souligner qu’au fur et à mesure de la Reconquête, les souverains eurent à cœur d’élire un nouveau lieu de sépulture dans les villes reprises telles que Grenade, Séville, Tolède, etc. Les partages du royaume dus à des héritages qui se produisirent de façon épisodique n’entraînèrent pas la création d’autres panthéons significatifs
 
- Enfin, la troisième famille est celle de l’unification générale du royaume.Il faut aussi souligner que des choix personnels font surgir d’autres lieux d’inhumation. Mais le faible nombre de leurs occupants ne peut en aucun cas les élever au rang de panthéon.
(*) commentaire(s)
Les nécropoles royales.
 
Commencée en 722 par Pélage, un noble wisigoth, devenu roi des Asturies, et malgré  une résistance qui s’affirma avec le temps avec, entre autres,  l’intervention du célèbre Cid Compeador qui reprit Valence - qui fut reperdue- la Reconquête dut faire face aux contre-attaques mauresques.  
Ce n’est qu’à partir de 1212 que les rois chrétiens, ayant enfin uni leurs forces, purent entreprendre des opérations efficaces car durables. En 1262, Cordoue tombait à son tour.
Les musulmans se retrouvèrent alors confinés dans le royaume de Grenade qui tiendra jusqu’en 1492. Cette année là,  les troupes d’Isabelle la Catholique mirent fin à la Reconquête.
 
Deux grands royaumes avaient principalement bien tiré leur épingle du jeu de la Reconquête.
D’une part, le royaume de Castille qui dorénavant englobait le Léon, les Asturies, Cordoue, l’Estrémadure, la Galice, Cadix et Séville et d’autre part le royaume d’Aragon qui englobait Barcelone, Valence et les îles Baléares.
 
Et la grande Navarre dans tout cela ? Pour une question d’héritage elle était passée en 1234 sous la domination des comtes  de Champagne et avait été réunie à la couronne de France.
 
Maintenant, il serait puéril d’imaginer que la fin de la Reconquête avait mis un terme aux conflits internes existant au préalable en Castille comme en Aragon. Les 13ème, 14ème et 15ème siècles furent les témoins de crises dynastiques, de révoltes et de combats de tous poils.
 
Et cela dura jusqu’en 1469, date à laquelle le mariage de Ferdinand d'Aragon, fils et héritier de Jean II d’Aragon, avec Isabelle, infante de Castille, vienne enfin poser les premières pierres de l’unité nationale. Unité de nouveau fragilisée par la mort prématurée de Philippe Ier le Beau et la folie de sa femme, Jeanne.
 
Sous Charles Quint, fils de Philippe le Beau et de Jeanne la Folle, l’union définitive du royaume d’Espagne devint enfin une réalité en 1516.
En dépit des changements de dynastie et de vicissitudes, l’histoire de l’Espagne allait désormais s’écrire de façon plus limpide.  
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 19 juillet 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.