RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
CHAPELLE DE L’HÔPITAL DES INCURABLES, puis DE HÔPITAL LAENNEC (Paris)
© MCP
En 1634, le cardinal François de la Rochefoucauld, Grand aumônier de France et abbé de Sainte-Geneviève, décida de concrétiser le souhait de deux généreux donateurs de l'Hôtel-Dieu, François Joulet de Châtillon, prêtre,   et Marguerite Rouillé, épouse de Jacques le Bret, conseiller au Châtelet.
L'abbé Joulet, ancien aumônier et prédicateur ordinaire d'Henri IV, avait légué toute sa fortune à ces «Messieurs les Maîtres, gouverneurs et administrateurs dudit grand Hôtel-Dieu de Paris» pour commencer un hôpital de «maladies incurables». À sa mort en 1627, il laissa une fortune mobilière et une rente d’importances que, sept ans plus tard, La Rochefoucauld  soustraya au patrimoine de l'Hôtel-Dieu pour mener à bien son projet. La construction débuta fin 1634 sur des plans de Christophe Gamard
(?-1639 ?), voyer de l'abbaye de Saint-Germain et maître d'œuvre de la ville.
 
Construite de 1635 à 1638, la chapelle fut dédicacée sous le titre de l’Annonciation en 1640 et, sous son autel, on déposa des reliques des saints Crépin, Crespinien, Maurice et des Onze mille vierges*.
Elle présente un plan très simple : une croix composée d’une nef sans bas-côtés ni chapelles latérales, et d’un transept largement débordant, et d’un chœur peu débordant.
*Au 4ème siècle, onze vierges martyres furent massacrées par les Huns à Cologne. Une basilique fut érigée sur leurs dépouilles. Au 9ème siècle, une mauvaise traduction d’une inscription sur leur tombe transforma les Onze en Onze mille. En 1106, des fouilles dans le cimetière qui entourait l'église mirent au jour de nombreux restes humains, aussitôt qualifiés de reliques, qui justifièrent le nombre de ces vierges. Voilà comment naissant parfois les légendes…
Transept gauche © MCP
Transept droit © MCP
© MCP
Le grand autel dans le chœur © MCP
La chapelle terminée, on travailla activement aux bâtiments de l’hôpital dont la construction des salles se fit en plusieurs tranches jusqu’en 1664 avant de s’arrêter pendant quatre-vingt ans faute de ressources. Repris en 1744, les travaux se terminèrent en 1757.
Très réglementée, la vie des pauvres incurables était quasi monastique et leurs plaintes se firent de plus en grandes jusqu’en 1789 où ils obtinrent enfin l’abolition des parties du règlement les plus contraignantes. Mais en pleine Révolution, il fallait bien que la politique atteignît le lieu : les pensionnaires les plus valides constituèrent une garde civique pour garder la porte de l’hôpital qui continua à fonctionner. Il fut alors régi par diverses commissions en remplacement des administrateurs relevés de leurs fonctions en 1791.
 
En 1801, les hommes furent transférés dans l’ancien couvent des Récollets puis dans le nouvel hôpital à Ivry, actuel Groupe hospitalier Charles-Foix - Jean Rostand, en 1869/1870. Les femmes, qui étaient restées sur place, prirent elles aussi chemin d’Ivry àn la même époque.
 
Devenu une annexe de la Charité en 1870, il fut évacué  en 1871 avant de rouvrir  en 1874 et de prendre le nom de Laennec en 1878.
La dernière réforme des hôpitaux publics eut pour conséquence le regroupement de services de plusieurs d’entre eux au sein de l’hôpital Georges Pompidou. A ce titre l’hôpital Laennec ferma ses portes en décembre 2000.
 
Le cimetière de l’hospice, disparu,  entourait le chevet de l’église. Entre celui-ci et le grand jardin rectangulaire de la gravure ci-après, son ancien emplacement est toujours parfaitement identifiable.  
 
Plan Jaillot 1762
© MCP
© MCP
Furent inhumés dans l’église :
 
Des vingt-trois pierres tombales qui existèrent, il n’en existe plus qu’une douzaine dont les inscriptions, sauf celle de Pierre Camus, sont illisibles ou totalement effacées. Avec les bouleversements que connut la chapelle, il est donc très difficile de leur attribuer une identité avec certitude.
 
Outre les personnalités et des gouverneurs de l’Hôpital, on compte surtout la présence de bienfaiteurs plus ou moins importants tels : Jean-Baptiste Lambert († 1644) ; Marie Ruffé († 1653) qui, veuve et infirme, vécut aux Incurables jusqu’à sa mort ; Marguerite Rouillé († 1652) qui, ayant eut le projet de fonder un hospice de pauvres incurables à Chaillot, reporta ses fonds sur celui de la rue de Sèvres dès qu’elle eut connaissance de sa fondation ; François Martin (1659), prêtre et un temps chapelain aux Incurables ; Pierre Robineau († 1650 ?), abbé de Saint-Blaise.
Epitaphe disparue de J.B. Lambert
Col. Gaignières. BnF © MCP
►CAMUS Jean-Pierre (1584-1652)
Ordonné prêtre en 1608, puis promu évêque de Belley par Henri IV l’année suivante, il était le cousin de Louise de Marillac qu’il dirigea, et eut, entre autres, une correspondance soutenue avec Angélique Arnauld. Un peu touche à tout, fantasque, volontiers brouillon et entêté, écrivain d’une fécondité étonnante, redoutable polémiste, les défauts de ce fils spirituel et ami de François de Sales, l’ont beaucoup desservi et contribuèrent à le faire sombrer dans l’oubli. Auteur d’ouvrages fort pieux pour lutter contre les romans profanes très en vogue à l’époque, certains de ses écrits, Pétronille (1626) ou Le Voyageur incogneu (1630), se montraient très critiques à l’égard des moines en général, et des moines-mendiants en particuliers, auxquels il rappelait qu'ils n'avaient pas l'exclusivité de la dévotion claustrale et qu'ils n’étaient exempts ni de faiblesses ni de blâme.
Ne se voyant pas soutenu par Richelieu dans sa démarche polémique, il se démit de son évêché pour se retirer, comme abbé commendataire, à l'Abbaye Notre-Dame d'Aunay, près de Caen. . Peu après, il fut appelé comme vicaire général du  diocèse de Rouen qu’il quitta pour se retirer définitivement aux Incurables (1649) où il passa ses jours en jeûnes, pénitences et prières, tout en venant en aide aux pauvres. Par testament, il avait demandé à reposer au milieu des pauvres dans le cimetière. Apparemment ce vœu ne fut pas respecté puisque les manuscrits du 17ème siècle indiquent un emplacement dans la chapelle.  Son cercueil, retrouvé en 1855, fut alors déposé au centre du transept.  Sa pierre tombale est la seule à être encore à plus ou moins lisible...de près.
© MCP
Epitaphier du vieux Paris © MCP
►LÉVIS, DUC DE VENTADOUR, Louis Charles de († 1717)
Pair de France, gouverneur du Limousin, il était généralement considéré comme quelqu'un de
« terrifiant » - très laid, physiquement déformé et à la sexualité débauchée, il avait épousé Charlotte de La Mothe-Houdancourt. Ce mariage malheureux était néanmoins compensé par les privilèges qu’avaient sa femme, comme celui du « tabouret », qui l’autorisait à s'asseoir sur un tabouret en présence du roi et de la reine. Mort aux Incurables et inhumé dans l’église lors d’une cérémonie fastueuse.
►MORGUES Mathieu de (1582-1670)
Puis, désireux de finir ses jours aux Incurables, il fit une importante donation pour bâtir un petit corps de bâtiment afin d’y faire sa résidence. Tombe en marbre noir.
 

►PERROT Jean († 1641)
Echevin (1609), conseiller à l’Hôtel de Ville de Paris, administrateur et gouverneur de l’Hôtel-Dieu et l’un des premiers à être commis à l’établissement des Incurables dont il fut aussi gouverneur durant quatre ans et où il décéda.
 
►PICOT Eustache (1575-1651)
Chantre à la cathédrale d’Evreux, puis maître de la musique à la cathédrale de Rouen, sous-maître de la chapelle du roi, de 1609 à sa mort, et enfin compositeur de la chapelle (1638), malgré sa réputation, seuls quelques fragments de son œuvre lui survécurent. Le roi lui donna l'abbaye de Chaulmoy et un canonicat de la Sainte Chapelle de Paris, où il fonda une procession annuelle du Saint-Sacrement,  durant laquelle le chapitre devait chanter ses compositions à la Sainte-Chapelle et à Evreux. On n’est jamais mieux servi que par soi-même…
 
►TURGOT Jacques
 
►TURGOT Michel-Etienne
 
►TURGOT DE SAINT-CLAIR Antoine
 
►TURGOT DE SAINT-CLAIR Jacques
 

Mais aussi le cœur  de :
 
►GUÉBRIANT Jean-Baptiste de Budes de
 
Les entrailles de :
 
►LA ROCHEFOUCAULD François de
 
►MONTAGU Gautier ou Walter de († 1677)
Qui fut abbé commanditaire de l’abbaye Saint-Martin (Oise) avant de démissionner en 1671.Inhumé en l’église Notre-Dame de Pontoise.
 




Sources principales :
-Epitaphier du vieux Paris – Tome V
- Jean-Pierre Camus, parisien, évêque de Belley, 1584-1652 – compte-rendu de Roger Devos-Revue d'histoire de l'Église de France  -Année 1969  Volume 55  Numéro 154  p. 99
-http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-l-hopital-laennec-400-ans-d-histoire-de-la-medecine-27366.php
(*) commentaire(s)
Conseiller et prédicateur de Louis XIII, vers 1617 il devint premier aumônier, puis prédicateur de Marie de Médicis auprès de laquelle il commença sa carrière d’écrivain comme son pamphlétaire, et dont il se montra un défenseur résolu. Ne pardonnant pas à Richelieu d’avoir trahi la reine après la journée des Dupes (1630), il rompit brusquement avec lui et en devint un adversaire tout aussi zélé. La notoriété de ce pamphlétaire infatigable provient surtout de sa critique virulente de la politique du cardinal dont il se transforma « bête noire ». Anti protestants, on lui doit aussi des écrits très violents à leur encontre. Après avoir suivi Marie de Médicis dans son exil, de retour à Paris, il entama une nouvelle carrière d’écrivain, vouée désormais à la cause d’Anne d’Autriche et à celle de Mazarin en pourfendant les auteurs des mazarinades.
29 septembre 2016
Le scandale des années 2000-2010.
 
Vendus en 2002, à la société Cogedim, qui les céda à Allianz, actuel propriétaire, les bâtiments devinrent l’objet d'un vaste programme immobilier baptisé « Paris 7 Rive Gauche » par le groupe Allianz. Problème de taille, la chapelle, où reposent plusieurs personnalités, et pourtant classée au titre des Monuments historiques, se trouva incluse dans la vente alors même qu’elle n’était jamais sortie du domaine public. Lieu de culte et de sépultures, si elle pouvait passer du domaine public au domaine privé, son affectation n’en restait pas moins inaliénable et imprescriptible.
Malgré cette protection au titre des Monuments historiques, la sacristie de la chapelle de l'hôpital fut rasée fin 2011 à la suite d'une « erreur humaine » commise par une entreprise de démolition…
 
On ne peut que saluer le travail de haute lutte qu’engagea, dès 2006, et avec une détermination sans faille, Mme Arlette Vidal-Naquet à la tête du comité Laennec-Turgot : pétitions, mobilisation maximale des défenseurs du patrimoine, articles de presse, soutiens divers et variés, etc. Tout l’arsenal pour conserver la chapelle dans le domaine public eut beau être déployé, rien n’y fit. Le pot de terre des amoureux du patrimoine historique de Paris se brisa net contre le pot de fer du profit privé.
Les locaux sont notamment occupés par le groupe Kering (anciennement Pinault-Printemps-Redoute) et la maison de haute couture, Balenciaga.
 
L’ouverture au public annoncée, sans être suivie d’effet, lors des journées européennes du patrimoine semblait aussi vouée à l’échec quand l’année 2016 fut celle du miracle. L’expérience sera-t-elle renouvelée au regard de l’intérêt qu’elle a suscité ? Il faut l’espérer car c’est le seul moment de visite possible.
►CHANDELIER Pierre († 1679)
Avocat de Paris, auditeur de la chambre des comptes, gouverneur surnuméraire de l’Hôtel-Dieu, et administrateur des Incurables
 
►DESPONT Philippe (1623-1700)
Docteur de la Sorbonne, il dirigea la collection intitulée "Maxima bibliotheca veterum patrum" et fut chapelain de l'hospice des Incurables à qui il légua sa bibliothèque. Inhumé près de, ou dans la même tombe que son frère, Louis Despont († 1679)
 
►HABERT Jacques († 1652)
Conseiller du roi en ses conseils et maître ordinaire en sa chambre des comptes. Inhumé devant le grand autel.
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 19 juillet 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.