Gisant de Philippe IV. Merci à Erwan Le Marchand  pour la photo
Lors des profanations de St Denis du 18 octobre 1793, on décarrela le haut du chœur de l’abbatiale pour chercher les cercueils enfouis sous terre. On y trouva celui de Philippe IV en pierre en forme d’auge, plus large à la tête qu’aux pieds et recouvert d’une large dalle. L’intérieur était tapissé de plomb. Il y avait encore une épaisse et large lame de plomb scellée sur les barres de fer qui fermaient le tombeau. Son squelette était entier. Furent aussi trouvés un anneau d’or, un sceptre en cuivre doré, de cinq pieds de long, terminé par une touffe de feuillage sur laquelle était représenté un oiseau également en cuivre doré.
Jetés dans une fosse commune, ses restes furent inhumés dans l'ossuaire de la basilique en 1817.
Tombeau du coeur de Philippe IV à Poissy. Gaignières
Malaise du roi
La Porterie. Photo Wikipedia
Tombeau de Philippe IV à Saint-Denis avant la Révolution. Mais dès le 17ème siècle des éléments en avaient disparu (sceptre, etc.). Gaignières
Détails du gisant
Sources principales:
Philippe le Bel de Dominique Poirel -Ed. Perrin (1999) -
Philippe le Bel de Jean Favier -Ed. Fayard (1979) -
(*) commentaire(s)
RETOUR PERSONNALITES LIEES A PHILIPPE IV
 
Pour honorer saint Louis, qui venait d’être canonisé, Philippe IV avait fait édifier le prieuré Saint-Louis qui ouvrit ses portes en 1304. C’est là qu’il avait choisi de faire inhumer séparément ses entrailles et son cœur qu’on déposa auprès de son fils Robert décédé à l’âge de douze ans. L’urne le contenant fut retrouvée le 28 juillet 1687 lors de travaux de restauration de l’église. Il était enfermé entre  deux bassins d'argent scellés et enveloppés d'une toile d'or  parsemée de fleurs de lys.
L'inscription "Ci-dedans est le coeur  du Roy Philippe qui fonda cette église qui trépassa à Fontainebleau, la veille de la saint André, 1314"  permit de l'identifier. Le tombeau était gravé à l'effigie du roi défunt.
 
Le couvent fut vendu par lots en 1797 et son église détruite au début du 19èmpe siècle. Le principal élément subsistant est la porterie, qui abrite le musée du jouet,  ainsi que quelques vestiges disséminés.
Dynastie capétienne
Mise au tombeau de Philippe IV
"Sitôt que le roi Philippe fut trépassé, son corps fut richement embaumé" et fut veillé deux jours avant d'être transporté par la Seine à Paris au couvent des Bernardins.
Le 2 décembre, l’archevêque de Sens, Philippe de Marigny, célébra à Notre-Dame une messe solennelle.
Le 3, le défunt fut placé sur une riche litière vêtu de ses vêtements royaux de drap d'or et de son manteau d'apparat fourré d'hermine. Le visage et les mains découverts montraient déjà des signes d'altération. Le cortège, précédé par quelque quatre cent bourgeois de Paris, ses fils, dont son successeur Louis X, et plusieurs princes tous vêtus de vêtements noirs à capuches, prit alors le chemin de Saint-Denis. Selon l'usage de l'époque, qui voulait que le défunt soit accompagné d'un nombre infini de lumières, chacun portait une torche. Il était aussi escorté d'une procession formée d'une foule, qui malgré la rudesse de l'administration de son roi et la la lourdeur des impôts le pleurait sincèrement. Prélats, religieux et mendiants étaient aussi du cortège.
 
A l'abbaye, après un dernier service funèbre, Philippe IV fut descendu dans sa sépulture à côté de ses parents et non loin de son aïeul vénéré, saint Louis.
En 1327, son fils Charles, devenu Charles IV, lui fit ériger, en même temps qu'à ses frères défunts Louis X et Philippe V, un tombeau à l’origine composé d'une  dalle de marbre noir et d'un socle à arcadures trilobées.
Parents  
PHILIPPE III, le Hardi
ISABELLE D'ARAGON
 
Epouse  
► JEANNE DE NAVARRE
               
Enfants : sept parmi lesquels
► Louis,  futur Louis X
► Isabelle, future  reine d'Angleterre en épousant Edouard II d’Angleterre
► Philippe,  futur Philippe V
► Charles, futur Charles IV
► Robert (1296-1308)
Inhumé au prieuré de Saint-Louis de Poissy, son corps fut découvert sous une tombe de marbre  noir près du cœur de son père le 28 juillet 1687.
PHILIPPE IV dit LE BEL (1268 – 29 novembre 1314)   Roi   (1285 – 1314)
Basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Cœur  et entrailles: église du prieuré de Saint-Louis de Poissy (Yvelines)
                               
« Ce n’est ni un homme ni une bête. C’est une statue », disait de lui Bernard Saisset, un de ses adversaires les plus résolus.
 
Beau, d’une force physique peu commune, mais taciturne, froid et sévère, aussi majestueux que redoutable, Philippe IV régna d’une main de fer sur le royaume. Fait d’orgueil et de timidité, il ne cessa d’impressionner ses contemporains. Capable d’une bonté discrète et distante, il réservait sa rigueur, sa dureté hautaine et sa colère implacable à ceux qui mettaient en péril la couronne de France. Bien des siècles plus tard, sa personnalité continue à fasciner, tant il est vrai qu’elle conserve un aspect énigmatique qui refuse à se livrer totalement.
 
Bien que pétri d’esprit féodal, il sut être un souverain moderne en déléguant une part de son autorité à des conseillers que seule la compétence poussa en sa faveur et qui ne devaient rien à leur naissance ou à leur carrière ecclésiastique. Le pied dans la modernité fut aussi de s’entourer  de légistes formés au droit romain, tels Guillaume de Nogaret et Enguerrand de Marigny qui furent de ses grands vassaux d’une fidélité à toute épreuve. De son côté, la fidélité du roi était égale à celle qu’il attendait de ses hommes. Remarquable chef d’État, il se distingua par son réalisme politique, fondé sur le sentiment de la toute-puissance de l’État. Avec lui le roi n’était plus un suzerain mais devint réellement un souverain. Toute sa politique eut pour fondement le charisme royal que lui conférait l’onction royale reçue à Reims : il ne rendait compte qu’à Dieu et ne lâcha jamais un pouce de cet orgueil extrême.
 
Son règne de presque trente ans fut l’un des rares  à ne connaitre aucune disgrâce et entra dans le Panthéon des grands rois qui firent la France même si, à sa mort, éclataient mécontentements et rébellions.  Curieusement, c’est surtout sur sa fin de règne que se cumulèrent les grands évènements qui ont marqué notre mémoire et que Maurice Druon grava magistralement dans Les Rois maudits.  
 
Sur fond d’intrigues, de crimes, d’énigmes, de querelles intestines, comme celle de la succession de l’Artois qui opposa Mahaut d’Artois et son neveu Robert III d'Artois, les contemporains de l’époque furent témoins du procès des Templiers, de l’élection d’un pape français, Clément V, qui s’installa à Avignon, et bien sûr de la si célèbre affaire de la tour de Nesle qui, sous l’apparence d’une vulgaire histoire d’adultère mena tout droit le royaume à sombrer dans la tragédie de la guerre de Cent Ans. Ce scandale blessa considérablement le roi, très pieux, resté chaste depuis la mort de sa femme.
 
Tous ces évènements, auxquels se rajoutaient la mort de Clément V, la rétraction de Jacques de Molay, la rupture avec la Flandre, le mécontentement du royaume, etc., affectèrent Philippe IV  qui y vit comme l’échec de son règne.   Plus que jamais l’exemple de son aïeul saint Louis l’obsédait. Ses dévotions redoublèrent.
 
Chassant plus que d’habitude, alors qu’il courrait le cerf ou le sanglier en forêt de Pont-Sainte-Maxence  le roi  eut un malaise. Ramené selon ses vœux vers Fontainebleau où il était né, il y rendit son dernier soupir après avoir exprimé ses dernières volontés.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 12 septembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.