PAPES ORDRE ALPHABETIQUE
RETOUR RELIGION
PAPES ORDRE CHRONOLOGIQUE 
SÉPULTURES DES PAPES
D’après l’Evangile selon saint Matthieu, Pierre fut désigné comme celui sur lequel l’Eglise repose. Lui et ses successeurs en sont les gardiens jusqu’à la fin des temps.
Toutefois, il fallut attendre le synode convoqué en 1081 pour que Grégoire VII se voit conférer le nom de pape qui devint alors le synonyme d’évêque universel.
A noter également que c’est après leur retour d’Avignon au 14ème siècle que les papes s’établissent définitivement au Vatican.
 
Hommes de guerre ou de paix, princes corrompus ou moines martyrs, si tous n’ont pas marqué les mémoires, si les décisions de certains ont entraîné une regrettable image de l’Eglise alors que d’autres l’ont grandie: la papauté a survécu et affiche deux mille ans d'histoire.
 
Bien qu’elle soit combattue de l’extérieur, contestée de l’intérieur parfois même engoncée dans le temporel jusqu’au scandale, la papauté ne vit jamais faiblir l’attachement de ses fidèles convaincus de la pérennité de la promesse faite par le Christ à Pierre. Et puis, comme l’a affirmé en termes lapidaires saint Amboise, évêque de Milan : « Là où est Pierre, là est l’Eglise ». Dont acte.
 

► La liste officielle
 
Selon la liste officielle, en 2009, avec Benoît XVI, 265 papes ont très officiellement chaussé les souliers de saint Pierre y compris lui-même.
 
En réalité, à cause d’une pincée d’antipapes qui apparaissent ou pas dans cette liste, de certains élus et déposés le jour même, de Benoît IX qui fut élu pape trois fois (trois pontificats d’enregistrer mais un seul homme), etc., le nombre de papes de la liste peut admettre une légère variante.
 
Au moins deux références incontournables ont permis d’établir la liste et la « biographie » des pontifes.
La première est due à saint Irénée, évêque de Lyon, qui fit l’inventaire exhaustif des papes de saint Pierre jusqu’à 189 date de la mort du pape Eleuthère, dont il fut le contemporain.
La seconde est le Liber Pontificalis qui, complété et enrichi avec les siècles, va jusqu’au 15ème siècle.
A cela il faut rajouter d’innombrables autres sources écrites et surtout les découvertes archéologiques grâce auxquelles la connaissance de la chrétienté des premiers siècles a fait un grand pas.
Néanmoins, des doutes subsistent quant à la véracité de faits de vie et de mort parmi les papes les plus anciens.
Reste encore un petit nombre d’entre eux sur lesquels aucun renseignement n’a jamais été trouvé.
 

► Les lieux de sépultures jusque l’an Mil
 
Dans l’ensemble on connaît bien l’emplacement des tombes des papes, du moins à partir du moment où l’Eglise de Rome a organisé la célébration de leur anniversaire auprès de leur sépulture, c’est à dire après le milieu du 3ème siècle. On nota alors dans les calendriers l’anniversaire des papes martyrs à partir de celui de Calixte († 222), et celui des papes non martyrs à partir de celui de Lucius († 254).
Malheureusement, à l’exception de saint Pierre, les textes manquent pour localiser les sépultures des papes des deux premiers siècles. Les auteurs du Liber Pontificalis, qui n’en savaient pas plus que nous, ont supposé qu’ils furent ensevelis auprès de saint Pierre dans la nécropole de la colline du Vatican.
 
Le premier de la liste dont on soit sûr de la tombe est Calixte puisqu’on l’a retrouvée; puis viennent les tombes des papes inhumés dans la catacombe de Calixte sur lesquelles aucun doute n’est possible.
Au 4ème siècle, avec le retour de « la paix de l’Eglise » succédant à la grande persécution de Dioclétien, on assiste à une nouvelle période de l’histoire des sépultures pontificales se caractérisant par la dispersion des tombes et l’émergence progressive de l’inhumation ad sanctos (près du corps des saints), sauf Damase qui, ne souhaitant pas les déranger, fit un autre choix.
 
Mais au 5ème siècle, les papes vont doucement se tourner vers une figure encore plus symbolique : saint Pierre, auprès de qui, sauf quatre exceptions, ils se firent tous ensevelirent de Gélase Ier († 496) à Anastase III († 913)
 
Avec le 10ème siècle et son lot d’exceptions, arrive une nouvelle période de dispersion des tombeaux avec des papes qui choisissent de se faire enterrer, comme les autres évêques, dans leur cathédrale ou dans la principale église de la cité.
 
► Les lieux de sépultures du 11ème au 15ème siècle.
 
Durant cette période, seuls neuf papes ne furent pas inhumés en Italie.
 
► Furent inhumés en Allemagne
Clément II
Grégoire VI
 
► Furent inhumés en France
On ne peut parler d’inhumation en France, sans évoquer la Papauté en  Avignon (1305-1378 et/ou 1378-1403)
L’agitation à Rome et la menace que faisaient peser sur les Etats pontificaux la politique impériale et l’appétit des puissances italiennes amenèrent les papes à préférer une résidence provisoire en dehors de Rome.
Le choix d’Avignon fut d’abord fortuit et imposé par les circonstances du conflit auquel la diplomatie pontificale tentait de mettre fin entre la France et l’Angleterre à propos de l’Aquitaine.   Philippe IV.
 
En fait, depuis la chute de Saint-Jean d’Acre en 1291, la grande idée des pontifes était de reprendre les Croisades pour éviter le danger que représentait les Turcs sur l’empire d’Orient. Or, ce projet n’était réalisable que si la France et l’Angleterre cessaient les hostilités qui absorbaient leurs forces vives.
Offrant calme et sécurité, de surcroît position idéale pour gouverner la Chrétienté dont le centre était rejeté vers l’Ouest sous la poussée ottomane, Avignon était parfaite.
Avec le retour à Rome de Grégoire XI en 1377, les Romains firent pression sur le conclave pour que son successeur soit au moins italien. Ce fut l’élection d’Urbain VI contre laquelle s’éleva celle de Clément VII qui rentra à Avignon mais fut inhumé à Rome. C’est ainsi que la Chrétienté connut une période douloureuse, celle du Grand Schisme qui vit deux papes se disputer la légitimité de leur fonction.
 
Le temps passant, Avignon n’était dorénavant plus en mesure de justifier son privilège. Benoît XIII (Pedro de Luna) mit fin au règne pontifical de la ville en s’enfuyant incognito en 1403 sur les terres du comte du Provence en refusant toujours de renoncer à sa tiare. Il décéda à Péníscola en Espagne.
 
La tradition et la logique veulent que seuls soient retenus les papes ayant eut un pontificat légitimé. En conséquence, le nombre de papes en Avignon est normalement de sept. Toutefois, il est aussi fréquent de prendre en compte les pontificats de Clément VII et Benoît XIII.  
 
Clément V
Jean XXII
Benoît XII
Clément VI
Innocent VI
Urbain V
Grégoire XI
 
Enfin, Grégoire XII (†1417)  fut le dernier pape à être enseveli à l’extérieur de Rome.
A partir  du décès de son successeur, Martin V († 1431) jusqu’à celui de Jean-Paul II († 2005) tous furent inhumés dans la capitale italienne et gageons qu’il en sera encore longtemps comme cela.
 
Voilà. En presque deux mille ans de papauté qui à ce jour engendrèrent 264 sépultures, seule une petite poignée de papes, à la quelle on rajoutera  Martin Ier inhumé en Ukraine, repose à l’extérieur des frontières italiennes.
Mais c’est à Rome, ville éternelle à plus d’un titre, qu’ils choisirent d'être inhumés dans  leur grande majorité.
 
► Les sépultures à Rome
 
Comme indiqué précédemment, les catacombes furent un haut lieu d’inhumations des papes. Bien que concentrées dans la basilique Saint-Pierre (142 inhumations répertoriées dont certaines, rappelons-le, le sont par simple supposition), on note aussi l’importance de la basilique Saint-Jean-de-Latran ainsi que quelques églises.
 

► Les cœurs et entrailles
 
Sous le pontificat de Sixte Quint, le palais du Quirinal devint la résidence pontificale et fut considérée comme telle jusqu’en 1870 où elle devint le palais de l’Italie unifiée.
A proximité, face à la fontaine de Trévi, en retrait de la petite place, se dresse la façade de l’église Saints Vincent et Anastase (S.S. Vincenzo e Anastasio) qui appartenait au complexe abbatial des Trois fontaines dont elle était l’église principale.
 
Jusqu’au 14ème siècle on la connaissait sous le nom de Saint Anastase de Trévi avant  qu’elle ne soit qualifiée de « paroisse pontificale », soit parce qu’elle est située à proximité du Quirinal, soit parce qu’elle conserve dans l’abside les cœurs et entrailles de plusieurs papes. Elle conserva ce titre jusqu’en 1876.
 
L’usage de prélever  les viscères avant l’embaumement fut inauguré par Sixte Quint à sa mort en 1590 et se maintint jusqu’à Léon XIII († 1903) avant que son successeur, Pie X, n’y mette un terme.
Les urnes de marbre de vingt-trois pontifes sont conservées dans une pièce fermée au public.
 
© MCP
(*) commentaire(s)
L’actuel édifice baroque fut construit par Martino Longhi le Jeune entre 1644 et 1650 à l’initiative du cardinal de Mazarin comme en témoigne son blason du chapeau au centre du triple fronton.
Le peintre Bartolomeo Pinelli y est inhumé.
 
► On ignore où ils sont inhumés ou aucune certitude
 
►  Alexandre I
►  Benoît VII
►  Célestin IV
►  Clément I
►  Conon
►  Constantin I
►  Eugène IV
►  Innocent IV
►  Romain
►  Soter
►  Valentin
ACCUEIL
Chercher
CONTACT
THEMES 
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
DE A à Z 
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes barrés (75) (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 14 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.