SAINT-DENIS basilique (6)  
RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
<-5-6-7-8- >
<-5-6-7-8- >
(*) commentaire(s)
►Le samedi 12 octobre 1793
 
Une foule immense patientait sur le parvis de l’abbaye dans l’espoir d’assister à la récupération des cercueils en plomb. En clair, la foule attendait l’exhumation des dépouilles mortelles de la monarchie qui allait durer jusqu’au 25 octobre.
Peu furent autorisés à pénétrer. Parmi ceux-ci on comptait, outre tous les ouvriers indispensables à la besogne, des commissaires à l’exhumation chargés de veiller à ce qu’aucun cadavre ne soit oublié, des commissaires à l’orfèvrerie chargés de fouiller les tombeaux pour en récolter la moindre parcelle de valeur et des commissaires au plomb charger de fondre les cercueils et de les transformer en balles sur place.
 
En prévision des odeurs, qui ne manqueraient d’émaner des cercueils ouverts, des paquets de genièvre, des vases remplis de vinaigre, de la poudre à canon à brûler et autres purificateurs d’air avaient été disséminés un peu partout.
Deux fosses avaient été creusées au nord de la basilique (le long du côté gauche par rapport au parvis) pour recevoir les restes pendant que, un peu plus loin, les fondeurs métamorphosaient immédiatement les cercueils en balles calibrées.
 
Le premier caveau ouvert fut celui des Bourbons, du côté des chapelles souterraines. Le premier cercueil qui apparut fut celui d’Henri IV. L’effet en fut si grand qu’il occupa son monde toute la journée.
Bienvenue au bal de l’effroi et de l’indignation que j’ai décidé de décrire suffisemment pour qu’on puisse imaginer l’ambiance, mais de ne pas détailler par le menu pour deux raisons:
. les détails sordides ne me semblent pas nécessaires
. les descriptions acceptables et intéressantes sont déjà rédigées dans l'article  du personnage concerné.
Cette proposition fut adoptée par un décret de la Convention ordonnant la destruction, dans les huit jours, des tombeaux des rois et de tous les monuments funéraires élevés dans les temples.
Du 6 au 10 août, l’intérieur de la basilique fut dévasté. Les débris des statues des saints, de cinquante-et-une sépultures royales et de quarante-sept gisants jonchaient le sol avec ceux des vitraux, colonnes, des marbres des autels, etc.
Le mausolée de Bertrand Du Guesclin, auquel pourtant il avait été formellement interdit de toucher par décret, n’avait pas survécu au zèle ravageur. Des siècles d’art et Histoire furent réduits à néant en cinq jours.
 
Heureusement, une commission avait été chargée de sélectionner des monuments funéraires devant être conservés et transportés au dépôt provisoire de l'ancien couvent des Petits-Augustins à Paris, futur musée des Monuments français, où Alexandre Lenoir put les préserver et en restaurer.
Le pire était encore à venir. La phase finale de l’application du décret du 1er août eut lieu au mois d’octobre. Elle consistait à vider le contenu des caveaux pour en extraire les cercueils de plomb afin de les transformer en munitions dont manquait la jeune République. Cette opération, parfaitement orchestrée, ne relevait donc pas de l’excitation d’individus avinés comme certains le pensent encore.
 
Quelques témoignages de ces journées nous sont parvenus. Malgré ses imprécisions et ses oublis, le procès verbal rédigé par Dom Poirée et Dom Draon, religieux de Saint-Denis et gardiens des chartes du monastère, reste une référence.
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2020- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.