RETOUR LIEUX  DE SEPULTURES
COLLÈGE DES ÉCOSSAIS (PARIS)
65 rue du Cardinal-Lemoine
© MCP
En 1326, David, évêque de Murray en Ecosse, légua les ressources nécessaires pour que quatre pauvres écoliers de son diocèse puissent venir étudier à Paris. Mais, lorsque dans la suite de l’Angleterre, l’Ecosse dut amorcer sa réforme religieuse à partir de 1560, elle rompit avec la papauté, et fut contrainte d’adopter la confession calviniste. Privés d’évêques du diocèse de Murray, à partir de 1573, ce fut donc l’évêque de Paris qui disposa des places vacantes du collège écossais.
 
Vers la même époque, voulant former des ecclésiastiques capables de soutenir et défendre la foi catholique expirante en Ecosse, et conserver intacte cette religion dans le cœur des jeunes Ecossais réfugiés, Jacques Beaton, archevêque de Glasgow et ambassadeur de France de Marie Stuart, acheta puis légua aux étudiants  la maison où ils demeuraient et différents biens. De même, il obtint du pape Grégoire XIII (1580) que les évêques de Paris et de Meaux leur confèrent la prêtrise. Ainsi put être fondé le séminaire pour les Ecossais (1603). Le collège, jadis fondé par l’évêque David, lui fut réuni en 1639.
Les étudiants devaient être catholiques, nés d’un mariage légitime, écossais de père et de mère, et suffisamment instruits pour suivre les cours et se destiner à l’état ecclésiastique.
 
En 1662, Robert Barclay, principal du collège, acheta un emplacement sur les fossés Saint-Victor et y fit bâtir une maison qui rassembla, sous un même toit, la double destination de séminaire et de collège. Les travaux s’achevèrent 1672 avec la chapelle, dédiée à saint André patron de l’Ecosse.
© MCP
Plan Turgot par Bretez (1739)
Confirmés et renforcés par Louis XIV à la demande du roi Jacques II d’Ecosse réfugié en France, le statut des étudiants, de leurs proviseurs, procureurs et préfets, et l’organisation de l’administration restèrent à peu près les mêmes jusqu’à la Révolution.
Cependant, la contrescarpe que formait la rue vers la Seine était bien trop raide pour les charrettes. En 1685, il fut donc décidé de l’aplanir pour en faciliter la circulation. Cet abaissement notable de la rue eut pour conséquence une curiosité des plus originales : le portail primitif du collège se retrouva à un étage supérieur. On en fit donc un nouveau en dessous du premier, et le sous-sol se transforma en rez-de-chaussée. En revanche, la façade arrière ne fut pas modifiée.
Ancien niveau du rez-de-chaussée grosso modo... © MCP
Le collège réussit à conserver son autonomie et, au début de la Révolution, son existence ne fut pas menacée. Cela ne dura pas. Après avoir oscillé à plusieurs reprises, son sort fut scellé en 1794 avec une mise sous séquestre. Une lutte acharnée s’engagea alors pour la reconnaissance des statuts relevant de celui des établissements étrangers (écossais, irlandais et anglais). Un temps prison sous la Terreur, mais ne pouvant être vendu comme bien national car propriété étrangère, passons sur le maelström administratif qui suivit pour en arriver à 1806, date à laquelle le collège fut restitué à l’Eglise d’Angleterre qui le possède toujours. Mais les Ecossais ne retournèrent jamais dans leur collège et les appelés à la prêtrise rejoignirent des séminaires français.
De 1815 à 1914, l'établissement fut occupé par une institution dépendant de l’université, puis par une trésorerie militaire pendant la Première Guerre mondiale.  
De nos jours, une communauté de religieuses dominicaines habite dans l'établissement. Elle gère l'école Sainte-Geneviève (maternelle et primaire) et un foyer d'étudiantes en classes préparatoires de grandes écoles, notamment à Louis-le-Grand ou Henri-IV.
Grâce à ses différentes affectations, le collège a pu préserver presqu’intégralement sa physionomie d’avant la Révolution.
Institution Chevallier (1901) -©  Eugène Atget
Ecole Sainte-Geneviève dans la cour © MCP
La façade sur jardin n’a pas été modifiée © MCP
© MCP
On y conserve le souvenir du Feu d'artifice tiré au collège le 8 juillet 1688 à l'occasion de la naissance du Prince de Galles, fils de Jacques II.
BnF/Gallica
La chapelle :
© Stéphane Thomas
Malgré des modifications, la chapelle est restée à peu près intacte. De plan rectangulaire à un seul vaisseau, elle se situe au premier étage du bâtiment. Elle est éclairée par quatre vitraux blancs côté jardin et deux côté rue.
© MCP
© MCP
Y furent inhumés.
 
Six ou sept personnes -j'ai un doute sur une- y furent réellement ensevelies. Pour le reste, il s’agit du dépôt du cerveau de Jacques II, de viscères et de cœurs. On notera aussi des inscriptions commémoratives.
Collectanea Topographica et Genealogica
►11. BARCLAY Robert († 1682)
Principal du collège qu’il acheta et fit rebâtir en 1662 pour lui donner l’aspect qu’il possède aujourd’hui. Il était l’oncle de son homonyme, Robert Barclay (1648-1690), qui fit l'apologie des quakers.
►14. CARYLL OF DURFORD John, Lord (1625-1711)
Poète, dramaturge et diplomate, il fut éduqué au Collège anglais de Saint-Omer puis à celui de Rome. Quand Jacques II d'Angleterre succéda au trône en 1685, il l’envoya comme son agent à la cour du pape Innocent XI. Nommé secrétaire de Marie de Modène, il resta à son service quand il suivit la famille royale exilée en France. Longue épitaphe en latin gravée en lettres d’or sur une table de marbre noir fixée sur un pilier.
►5. DRUMMOND Jacques, second duc de Perth (1674-1720)
© MCP
© MCP
© MCP
►7. HAY André (Andrew) († 1702)
Issu d’une noble famille écossaise et bienfaiteur du collège.
Un des ministres favoris de Jacques II, membre du conseil privé (1678), chancelier d'Écosse (1684), il se montra odieux par ses violences. Retenu au château de Stirling lors de la révolution de 1688, il fut gardé prisonnier jusqu'en 1693. Après sa libération, il se retira à Saint-Germain où Jacques II le nomma gouverneur de son fils, le Prince de Galles. C’est lui qui fit édifier le tombeau au cerveau de Jacques II.
►6. DRUMMOND Jacques, premier duc de Perth (1648- 1716)
Fils du précédent. En 1689, il accompagna Jacques II en Irlande, et dirigea la cavalerie à la bataille de Sheriffmuir et participa à la Rébellion jacobite de 1715 en Ecosse avant de s’enfuir en France et d'être mis hors la loi en Angleterre.
© MCP
►10. MENTETH DE SALMONET Patrick (1675)
Lieutenant-colonel dans le régiment du Dumbarton au service de la France, où il se réfugia, l combattit en Alsace au siège de Dachstein en 1675 où il fut tué. Le cardinal de Retz le cite dans ses Mémoires. Bienfaiteur du collège, y fut-il inhumé ou l’inscription le concernant n’est-elle que commémorative ?
Epitaphier du vieux Paris © MCP
►9. O’CRUOLY Marian, Sir († 1700)
Capitaine et lieutenant des gendarmes lieutenant des gendarmes Anglais du roi. Epitaphe sur table murale.
Mais aussi …
 
Le cerveau de :
 
►1. Jacques II
 
Les entrailles de :
►2. Marie-Béatrix d’Este-Modène femme de Jacques II
 
►3. Louise Marie Stuart, fille de Jacques II
 
Les cœurs de :
 
►4. Marie Gordon duchesse de Perth (v.1646 - 1726)
© MCP
►12. INNES Lewis (1651-1738)
Directeur du Collège des Ecossais à la mort de Robert Barclay, il prit une part importante dans la procédure liée à la revendication de l'authenticité de la charte qui établissait la légitimité du roi Jacques III. Aumônier de la reine Marie d’Este, il semble avoir aussi tenu le rôle de secrétaire confidentiel.
© MCP
Et encore...
 
►13.Une table commémorative aux fondateurs
© Jebulon
►8. TYRCONNEL Frances Jennings, duchesse de († 1726)
Bienfaitrice du collège. Table murale  à sa mémoire et à celle de ses deux époux.
© MCP
Sources principales :
 
-Epitaphier du vieux Paris -Tome III
-Dictionary of National Biography, 1885-1900
-Collectanea Topographica Et Genealogica, Volume 7
-Les église parisiennes (3) d’Amédée Boinet – Les Editions de Minuit (1964)
-The Scots College Paris, 1652-81 – Tom McLnally - Journal des Etudes écossaises irlandaises (Vol. 2 -n°1) 2008
-https://structurae.info/ouvrages/college-des-ecossais
(*) commentaire(s)
3 février 2021
Chercher
THEMES 
ACCUEIL
DE A à Z 
CONTACT
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
FACEBOOK
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
 
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 21 avril 2021
COPYRIGHT 2010 - 2021 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.