RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
RETOUR IIIe REPUBLIQUE
HENRIOT Philippe (1889 - 28 juin 1944)
Cimetière de Saint-André-et-Appelles (hameau d’Appelles) (Gironde)
Nommé professeur en Gironde après de brillantes études, marqué par une éducation religieuse, il entama sa carrière politique par la voie du militantisme catholique où ses talents d’orateur, dignes de ceux d’un tribun, allaient le distinguer.
 
Directeur du journal L'Action Catholique à Bordeaux, il adhéra à la Fédération nationale catholique (FNC) avant d’abandonner l’enseignement.
Proche des Croix de feu et des Jeunesses patriotes, il se présenta aux législatives de Libourne (1928) sous l’étiquette UPR (Union Populaire Républicaine). Réélu en 1936, il fut député jusqu’en 1940.
Trois jours plus tard, après que sa dépouille eut été exposée dans une chapelle ardente au ministère de l’Information, des obsèques nationales étaient organisées à Notre-Dame de Paris en présence de nombreuses personnalités françaises –excepté Pétain- et allemandes et d’une foule importante.
 
La vidéo suivante vaut mieux que tout commentaire : Les funérailles de Philippe Henriot.
Dépouille de Philippe Henriot exposée dans une chapelle ardente au ministère de l'Information.
Plusieurs cérémonies en France eurent lieu pour « honorer la mémoire de ce grand Français » : « […] Du sein de la béatitude, au Paradis des héros et des martyrs, l’ardente voix nous clame de ne pas pleurer sur lui, mais de relever immédiatement le flambeau, afin que la Vérité dont il était l’apôtre passionné triomphe de toutes les nuits […]
Le Moniteur viennois du 15 juillet 1944
 
Inhumé au cimetière de la Chartreuse à Bordeaux où lui furent rendus de nouveaux hommages,  il fut transféré par la suite dans une commune girondine près d'Eynesse et de Sainte-Foy-la-Grande où il avait bâti sa carrière d’enseignant puis de politique, et aussi sa fortune puisqu’il possédait des vignes et un château à Eynesse.
 
La difficulté à trouver sa tombe réside dans la structure de la commune de Saint-André-et-Appelles qui comprend aussi, outre son centre, deux hameaux : Saint-André -en hauteur et assez éloigné de la commune- et Appelles, plus proche. Les deux possèdent une église et un cimetière. C’est dans ce dernier que repose Philippe Henriot dans une sépulture nichée, ou plus exactement cachée, à l’abri de la chapelle.
© MCP
© MCP
© MCP
© MCP
© MCP
(*) commentaire(s)
19 juin 2015
Vice-président du Parti national populaire, parti d’extrême droite qui devint le Parti national et social (PRNS), il fut aussi élu vice-président de la Fédération républicaine avec laquelle il coordonna au plan national les Jeunesses de la Fédération (JFR), créées en 1935.
 
Admirateur de Mussolini, comme il fut plus tard de Franco, le Henriot anticommuniste, antimaçon et antiparlementaire de l’entre-deux-guerres, avait déjà opté pour le fascisme. En dépit d’un patriotisme teinté de germanophobie, l’arrivée d’Hitler au pouvoir (1933) allait confirmer le choix de ce petit bourgeois de province rêvant d’un âge d’or inaccessible. Devenu pacifiste, il défendit les accords de Munich (1938) et fut favorable à un accord franco-germanique sur le modèle du traité germano-soviétique.
 
Rallié au maréchal Pétain, il soutint la politique de la Révolution nationale dans des organes comme Gringoire et Je suis partout. C’était l’occasion tant attendue de prendre une revanche définitive sur cette Troisième République honnie dont il considèrait qu’elle avait mené la France à la défaite.
 
Avec l’invasion de l’U.R.S.S. par l’Allemagne, son anticommunisme prit le pas sur son anti-germanisme.
Polémiste talentueux, doué d’une « éloquence agressive, caustique, impitoyable »,  prenant la parole tous les jours à l’antenne de Radio Paris pour attaquer la dissidence de Londres, capable d'y défendre la Collaboration mieux que Pétain ou Laval, il mena la guerre des ondes et la propagande  pétainiste de telle façon qu’on le comparait à Goebbels.
A tel point que le 6 janvier 1944, contre l’avis de Pétain mais sous la pression allemande, il fut nommé secrétaire d’État de l’Information et de la Propagande du gouvernement de Vichy, en même temps que Joseph Darnand était nommé ministre chargé du maintien de l’ordre.
La présence  de ce duo ultra-collaborateur au pouvoir  marqua  une étape dans l'arrivée au gouvernement des collaborationnistes et de la Milice dans de très nombreux postes et dans la dérive fasciste du régime.
 
Bref, on oublie trop souvent qu’entomologiste avisé, Philippe Henriot aimait aussi les papillons…
 
Condamné à mort par  la Résistance qu’il prenait violemment à partie, celle-ci décida de passer à l’action en chargeant un commando du COMAC* de son exécution.
Le 28 juin 1944, à 5h 30, Charles Gonard, dit Morlot, chef du commando, accompagné d’un groupe de résistants, pénétra au ministère de l’Information situé rue de Solférino. Muni de faux papiers de milicien, il réussit à convaincre  Henriot de lui ouvrir la porte de sa chambre. Face aux hommes armés, Henriot fut abattu. La voix de Vichy venait de disparaître.
*Comité d'action militaire, organe créé par le Comité central des mouvements de Résistance.
 
Sa mort fut l’objet d'une campagne d'affichage dénonçant ses assassins et prétexte à de sévères représailles. On a souvent affirmé que l’assassinat de Georges Mandel en faisait partie. De récentes études laissent à penser que les faits n’étaient pas liés.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 28 octobre 2018
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.