Retour liste personnalités liées à Louis XVI
Pourtant issu d’une riche famille d’orfèvre et plutôt raffiné, le personnage se confondit bientôt avec ses écrits aussi cyniques qu’orduriers.
Banni de sa ville natale pour une affaire de mœurs, Hébert végétait à Paris quand la Révolution tendit ses bras à ce littérateur en quête d’avenir.
Après la disparition de Marat et de son l’Ami du peuple, le journal du Père Duchesne, dont Hébert était le fondateur, devint le principal organe de la Révolution. On en connaît la virulence mais surtout la goujaterie. En fait, les articles du journal étaient rédigés normalement et ce n’est que lorsqu’ils étaient achevés qu’Hébert les parsemaient de
« bougre » et « foutre » dont il avait la spécialité : « Foutre ! J’ai vu le petit sapajou du Temple ; le bougre est bien le digne fils du macaque et de la guenon »…
Ils furent les derniers à être  inhumés au cimetière de la Madeleine remplacé par celui des Errancis.
(*) commentaire(s)
Dans ses articles, ce farouche extra-révolutionnaire s’en prenait autant à ses concurrents de gauche qu’aux dantonistes trop « indulgents » à son avis.
Furent exécutés avec Hébert
Avec ses excès, il finit par se rendre suspect aux yeux de Robespierre qu’Hébert accusait de « modérantisme » ! Dénoncé par Saint-Just, Hébert et ses partisans furent arrêtés le 14 mars 1794. Jugés une semaine plus tard en même temps que des étrangers aux menées hébertistes, ils furent condamnés sans aucune preuve tangible. Ainsi ce procès davantage basé sur un montage des accusateurs que sur une réalité de faits annonçait-il celui de Danton deux semaines plus tard comme il présageait aussi de la chute de Robespierre. En effet, si par la suite, Robespierre n’eut plus d’adversaires sur sa gauche, la mort de Danton détourna de lui de nombreux Montagnards et la mort d’Hébert le priva du seul lascar capable de mobiliser les foules parisiennes.
Sa femme, Jacqueline, ancienne religieuse épousée deux ans auparavant et dite la "Mère Duchesne", fut exécutée le 13 avril suivant avec Lucile Desmoulins et inhumée au cimetière des Errancis.
Armand Hubert Leclerc
Albert Mazuel  
Antoine François Momoro. Imprimeur et l'un des chefs
   du  parti hébertiste, sa femme figurait la déesse de
   la  Raison.
Jacob Péreira
Pierre Joseph Berthold Proli  
Charles Philippe Ronsin
François Nicolas Vincent
Jean-Baptiste Ancard  
Jean Antoine Florent Armand
Jean-Charles Bourgeois
►Jean-Baptiste Cloots
Antoine Descombes
François Desfieux
Pierre Ulric Dubuisson
Frédéric Pierre Ducroquet
Conrad Kock
Michel Laumur
Dans sa cellule, Hébert, terrorisé à l’idée du sort qui l’attendait, avait perdu de sa superbe ; ce fut une vraie loque qu’on mena jusqu’à son supplice sous les huées de la populace qui, face à son manque de courage, lui rendait les ignobles plaisanteries qu’il avait lancées à ses prédécesseurs.
Exécuté le dernier on imagine sa panique grandissante au fur et à mesure que la file des condamnés fondait devant lui. Quand son tour arriva, il aurait balbutié un faible :
« Pas encore »…
Les hébertistes menés à l'échafaud
HÉBERT Jacques René (1757 - 24 mars 1794) et les hébertistes
Cimetière de la Madeleine (Paris) puis les Catacombes (Paris)
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2017- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.