RETOUR LITTERATURE
Au collège de Coqueret à Paris, tenu par Dorat, il découvrit avec joie des gentilshommes qui, négligeant la Cour où leur naissance leur aurait permis de briller, se consacraient à l’étude des Anciens et surtout des Italiens. Autour de Ronsard, ils s’imposaient de préparer une révolution poétique. Dans sa Défense et illustration de la langue française (1549), Du Bellay demandait à rompre avec la vieille poésie de Clément Marot et des rhétoriqueurs. Au surplus, il souhaitait qu’on enrichisse la langue en créant des vocables nouveaux. Ce manifeste fut suivi de L'Olive, chant d’amour en cinquante sonnets, le premier
« canzionere » français en sonnets.
 
D’une santé délicate, en 1550, surmené par une production fiévreuse, il tomba gravement malade et resta plus de deux ans sur son lit de douleur où il ressentit les premières atteintes de la surdité. Lisant les auteurs grecs et latins, et cultivant la poésie pour oublier son mal, les souffrances qui lui avaient arraché des cris sincères et personnels,  le mirent en possession de son véritable génie lors de sa douloureuse aventure de Rome où il partit en 1553 comme secrétaire de son oncle, le cardinal Du Bellay.  
 
Après le plaisir vint rapidement la désillusion : au regret de la France s’ajoutèrent les tracas domestiques, la lassitude du spectacle de la Rome pontificale et le dégoût des mœurs romaines. On était bien loin de ce qu'il s'était imaginé au travers des grands auteurs latins !
 
De retour en France en 1557, dès l’année suivante il publia ses chefs-d’œuvre : Regrets, dont la moitié est consacrée à nous peindre les turpides de Rome ; Antiquité de Rome, où il exalte tout à la fois le sentiment de la grandeur romaine et le néant de toute grandeur ; les Poemata et les Jeux rustiques, etc.
 
En dépit de ses attaques contre les poètes courtisans, certains de ses écrits témoignent de son désir de s’imposer à la Cour : hommage à Henri II et aux princes, et autres.
Mais à la mort d’Henri II (1559), tout fut à recommencer. Pour attirer l’attention du nouveau et jeune monarque, François II, il écrivit un Ample Discours au roi sur le fait des quatre états du Royaume de France, œuvre admirable de fermeté. Inscrit sur la liste des pensionnés, il ne profita guère de ce privilège.
 
Repris par sa surdité, tracassé, découragé, vieilli avant l’âge, il mourut d’apoplexie, dit-on, en écrivant des vers.  
S’il était loin d’avoir la puissance de Ronsard, il possédait une bien grande spontanéité dans ses sentiments et, à ce titre, est souvent considéré comme l’un des plus beaux ornements de son siècle.
 
Joachim Du Bellay logeait au cloître Notre-Dame, c’est peut-être la raison pour laquelle il fut inhumé dans la chapelle Sts-Crépin et Crépinien (actuelle St-Georges regroupant les chapelles St-Jacques, Sts-Crépin et Crépinien, St-Etienne) de Notre-Dame de Paris. Les travaux de repavement du sol  de cette partie de l’édifice, entre 1771 et 1773, firent disparaître sa tombe. Ses ossements se trouvent peut-être encore quelque part sous terre dans une caisse ou un tombeau regroupant les restes de ceux qui virent disparaître leur sépulture en même temps que la sienne.
DU BELLAY Joachim (1522 – 1er janvier 1560)
Cathédrale Notre-Dame (Paris)
► Poète français
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage... (Regrets, XXXI)
 
Notre poète appartenait à une illustre famille qui, outre plusieurs capitaines et diplomates et mémorialistes, donna aussi l’homme de guerre Guillaume du Bellay (1491 – 1543), le cardinal Jean du Bellay (1492 – 1560) et leur frère Martin
(† 1559) lieutenant général de Normandie et tous trois oncles de Joachim.
 
Après des études de droit à Poitiers, sa rencontre avec Muret, puis Ronsard (1547) fut fondamentale dans l’éveil de sa vocation à la poésie.
Chapelle Saint-Georges en jaune
12 mars 2013
(*) commentaire(s)
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.