1-2
Parents  
► François Ier
► Claude de France
 
Epouse
Catherine de Médicis (pour les détails du tombeau, voir à cet article)
               
Enfants    
François ► François II
► Elisabeth, qui épousa  Philippe II d’Espagne
Claude, qui épousa  Charles III de Lorraine
Louis duc d’Orléans (1549- 24/10/1549 ou 1550)
► Charles-Maximilien ► Charles IX
Edouard-Alexandre Henri III
Marguerite, épousa Henri IV
Hercule-François ► François d’Alençon puis d'Anjou
► Jeanne et Victoire (24/6/1556-8/1556)
(24/6/1556-id). Victoire faillit coûter la vie à sa mère car elle " demeura morte six heures en son ventre, à qui convint de rompre la jambe pour sauver la dite dame".  
 
Exceptées la duchesse Claude de Lorraine et Elisabeth, reine d’Espagne, huit sur ses dix enfants furent inhumés en la basilique Saint-Denis.
Le dauphin François étant décédé, ce fut Henri,  second fils de François Ier, qui succéda à son père. Comme il n’était pas prévu qu’il régnât, on l’avait marié à un parti des plus convenables, mais qui n’avait rien de « royal ». Catherine de Médicis n’était que l’héritière d’une richissime famille de banquiers florentins. En revanche, pour les Médicis, cette union avec un fils du roi de France était on ne peut plus gratifiante.
 
Henri II, à qui son père préférait son fils cadet, Charles duc d’Angoulême, était tout l’opposé de ce frère si brillant et tant aimé. On ne sait si c’est sa captivité comme otage durant quatre ans en Espagne avec le dauphin qui lui avait forgé ce caractère, mais Henri était ombrageux, replié sur lui-même, préférant les exercices physiques aux délices de l’art. Henri, prématurément orphelin de mère, privé de l’affection paternel, avait développé un goût pour le romanesque qui se cristallisa sur Diane de Poitiers chargée de transformer ce vilain petit canard princier en cygne royal.
 
A la mort de François Ier, il se débarrassa sans ménagement des serviteurs du souverain défunt pour s’entourer d’un cercle de conseillers et de responsables qu’il aimaient et qu’il abreuvaient de faveurs démesurées tout en en acceptant, sans trop broncher, les intrigues des favoris.
C’était un sportif dont l’une des premières mesures fut de rétablir les tournois dont il raffolait. Autant participer à son destin…
Très soucieux de son autorité et d’une piété sincère,  il ne badinait pas avec l’hérésie protestante qu’il accablait d’une rigueur assassine, sauf quand il s’agissait de son entourage qu’il considérait avec plus d’indulgence…
Mais le péril était bien réel. La force armée des réformés s’organisait. Henri était conscient de la gravité de la situation qu’il ne vit pas s’envenimer puisqu’il mourut avant les grandes tragédies. Il quitta ce monde sur l’apothéose artistique de la Renaissance. Il laissait des certitudes vacillantes auxquelles allaient devoir faire face ses fils et sa femme.
En ce mois de juin 1559, le roi avait décidé d’organiser un superbe tournoi pour fêter d’une part, les noces du duc Emmanuel-Philibert de Savoie et de sa tante, Marguerite et, d’autre part, celles du roi d’Espagne Philippe II avec sa fille Elisabeth. Ce sera le 30 juin.
Le terrain avait été préparé. A la hauteur de l'hôtel des Tournelles, non loin de l'actuelle place des Vosges, la rue Saint-Antoine fut dépavée afin de ménager une piste sablée.
Arborant les couleurs de Diane de Poitiers Henri joutait avec succès. La fin de journée approchant, la fatigue des jouteurs se faisant sentir, tout le monde s’accorda pour reporter au lendemain la fin du tournoi, sauf le roi qui voulait terminer la journée sur un …coup d’éclat. Il allait être exhaussé au-delà de ses espérances.
C’est peut-être le moment de rappeler la prédiction de Nostradamus dont on se dispute encore la signification car rien ne prouve qu'elle soit liée à cet évènement :
 
Le lyon jeune le vieux surmontera,
En champ bellique par singulier duelle,
Dans caige d'or les yeux luy crevera:
Deux classes une, puis mourir, mort cruelle.
 
N’écoutant pas les voix de la raison qui l’incitaient à renoncer, il ordonna à son capitaine des gardes écossaises, Gabriel de Montgomery, de courir contre lui. Montgomery tenta vainement le dissuader. Les jouteurs s’élancèrent et ce fut la tragédie que nous connaissons. La lance de Montgomery, en se brisant, avait glissé sous la visière du casque d’Henri II et, par l’œil, avait touché le cerveau y laissant plusieurs éclats de bois.
Pendant dix jours des chirurgiens se succédèrent à son chevet. On appella Ambroise Paré qui fit subir à plusieurs condamnés à mort la même blessure que celle du roi pour en comprendre les conséquences. Le fameux anatomiste resta impuissant à le sauver. Les prières, les jeûnes furent tout aussi inutiles.
 
Henri II expira. Selon certains historiens modernes, le roi n’aurait pas pu survivre au-delà du 3 ou du 4 juillet et Catherine aurait retardé l’annonce de sa mort pour des raisons politiques. Les funérailles se prolongèrent plus d’un mois et Catherine porta jusqu’à son dernier soupir le deuil de celui qui, selon un chroniqueur, était « né pour être gouverné, non pour gouverner ».
 
Au lendemain de la mort de son mari, Catherine commanda au  Primatice de lui bâtir un tombeau somptueux. Celui-ci confia ses plans à Germain Pilon à qui succéda  Jean Bullant.  Ce petit temple est directement inspiré des pratiques italiennes, notamment dans l'utilisation des marbres de différentes couleurs.
Ce tombeau fut érigé dans la rotonde des Valois détruite en 1719. La dépouille d'Henri II et celles de sa famille furent alors déplacées dans la basilique traditionnelle.  Basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
 
Le 18 octobre 1793, lors des profanations de la basilique, ses restes furent jetés dans une fosse avant d'être inhumés dans l'ossuaire en 1817.
La rotonde des Valois surmontée d’un dôme ici restitué mais <br>jamais construit. A droite : la basilique (archives  départementales de Seine Saint-Denis)
La rotonde des Valois
Tombeau d‘Henri II et de Catherine de Médicis dans la rotonde des Valois
Tombeau d'Henri II dans la rotonde des Valois
Le Tombeau d‘Henri II et de Catherine de Médicis (1559-1573) Au lendemain de la mort de son mari,  Catherine commanda au sculpteur Primatice de lui bâtir un tombeau somptueux. Celui-ci en  confia  ses plans à Germain Pilon. Mais celui-ci meurt en 1570 avant d‘avoir terminé les travaux. Jean Bullant prit la suite et termina l‘oeuvre  en 1573. Ce petit temple  est directement inspiré des pratiques italiennes, notamment dans l‘utilisation des marbres de différentes couleurs.
MCP
Merci à E. Le Marchand pour la photo
Le monument au coeur tel qu'il se présentait dans la chapelle d'Orléans en l'église des Célestins
Valois-Angoulême
Le coeur du roi, déposé  dans un coffret, fut enseveli sous le  pavement du choeur de l'église.
(*) commentaire(s)
Henri II (1519- 10 juillet 1559) Roi (1547 - 1559)
Basilique Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Cœur et entrailles: Couvent des Célestins (Paris)
Le carditaphe élevé en l'église des Célestins se compose d'un piédestal exécuté par Dominique Florentin, et d'un groupe des trois Grâces, œuvre de Germain Pilon. Sur leur tête, un vase de bois doré remplaça celui de bronze doré qui contenait le cœur du roi et qui futfondu à la Révolution. © MCP
RETOUR PERSONNALITES LIEES A HENRI II
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.