RETOUR IIIe REPUBLIQUE
LYAUTEY Hubert (1854 – 27 juillet 1934)
Eglise du Dôme des Invalides (Paris)
► Maréchal de France
Issu d'une famille d'origine franc-comtoise qui s’illustra lors des campagnes du Premier Empire, il embrassa à son tour la carrière militaire. Saint-Cyrien, versé dans la cavalerie au 2e régiment de hussards (1880), affecté la même année en Algérie, il parcourut une grande partie pays à cheval, puis, en raison de ses connaissances de la langue arabe, il fut envoyé dans le sud oranais.
Confronté à la politique coloniale française qu’il critiqua, il prôna un « système plus civilisé et plus humain ».
De retour en France, après diverses missions, il servit comme aide de camp du général L’Hotte avec lequel il voyagea beaucoup, mêlant la vie de garnison et les réunions mondaines et littéraires. Pendant quatre ans, il put ainsi nourrir son esprit d’idées novatrices sur la fonction de l'armée.
Nommé commandant, on l’envoya en Indochine (1894) où remarqué par Gallieni, il devint son chef d’état-major, et participa avec lui aux expéditions du haut Tonkin.
En 1897, Gallieni, gouverneur général de Madagascar, lui confia la soumission du nord de l’île. Colonel (1900), rentré en France (1902), il fut appelé par le gouverneur d’Algérie (1903) et promu au commandement de la subdivision d’Aïn Sefra où il apprit sa promotion de général de brigade. Il soumit le Bechar, le haut Guir et une partie de la Mouloudja.
 
Après la conférence d’Algésiras (1906), qui avait pour  but de décider les actions à mener pour le Maroc, l'un des rares pays africains qui n'avait pas été pris en charge par une puissance européenne, il  fut nommé à la tête de la division d'Oran, occupa Oujda (1907), réprima le soulèvement des Beni Snassen et parvint à pacifier la zone frontière. Nommé haut-commissaire des confins algéro-marocains, il parvint à assurer la paix sur l’ensemble de la région.
A la fin de 1910, ayant reçu le commandement du 10e corps d’armée à Rennes, il y resta jusqu’à ce que, suite aux sanglants évènements de Fès (1912), il soit rappelé au Maroc avec le titre de résident général. Tout en  réprimant les soulèvements qui secouaient le pays, il posa les jalons de son œuvre dans le protectorat. Auprès de Gallieni, Lyautey  avait appris qu’une conquête devait être une pacification qui nécessitait simultanément une action politique, administrative, économique et militaire. Vaincre, c’était convaincre et construire.  Au Maroc, en démontrant son respect et sa protection il s’appuya  sur les autorités légales pour obtenir leur adhésion.
 
La déclaration de guerre de 1914 mettant le Maroc au second plan, il se trouva contraint de diriger la quasi-totalité de ses troupes vers la métropole. Avec les forces disponibles, il s’employa à tenir en respect les tribus insoumises et à apaiser les troubles fomentés par les agents allemands. Malgré ces difficultés, il réussit à développer son programme économique et social avec la construction de ponts, routes, voies ferrées et écoles.
 
En décembre 1916, après avoir un reçu un télégramme d’Aristide Briand lui proposant le ministère de la Guerre, bien qu’hésitant au regard des circonstances, il accepta le poste qu’il occupa de décembre 1916 à avril 1917 avant de démissionner.
De retour au Maroc, il poursuivit et affirma l’œuvre entreprise et fut créé maréchal de France (1921). En 1925,  en pleine guerre du Rif, se voyant retirer le commandement de ses troupes, que l'on confia  à Pétain, il demanda à être relevé de ses fonctions et rentra en France définitivement cédant la place à sa légende dorée de « bon colonial » qui, sans lui retirer ses vertus et mérites, mériterait d’être édulcorée.
« Lyautey l’Africain » mourut dans son château de Thorey (Meurthe-et-Moselle) où il s’était retiré avec sa femme, et où tous deux firent construire pour le village un dispensaire familial et une maison pour les jeunes.
 
Plutôt que des obsèques nationales organisées à Paris, il avait souhaité que celles-ci se déroulassent  à Nancy,  capitale de sa « Lorraine bien aimée ». Et Nancy lui offrit des funérailles nationales dignes d'un prince lorrain. Pendant trois jours la foule défila devant le cercueil exposé à la chapelle ducale des Cordeliers et veillé par des officiers et des scouts.
Transporté  au Palais du Gouvernement, sur l'affût d'un canon, à la lueur des flambeaux, dans le vent et sous la pluie, alors que sonnait le glas dans toutes les églises, les funérailles nationales se déroulèrent le 2 août, en présence du président Albert Lebrun.
Le cercueil fut ensuite conduit dans la crypte de la cathédrale où il devait rester quinze mois, le temps de la construction d'un mausolée à Rabat, où il souhaitait reposer, et où il fut emmené en grande pompe fin octobre 1935.
C’est dans le parc de la Résidence, que fut érigée une koubba. Son épitaphe, en français et en arabe,  composée par lui-même, disait :
« Ici repose Louis Hubert Lyautey, qui fut le premier Résident Général du Maroc, de 1912 à 1925. Décédé dans la foi catholique, dont il reçut, en pleine foi, les derniers sacrements. Profondément respectueux des traditions ancestrales et de la religion gardées et pratiquées par les habitants du Maghreb auprès desquels il a voulu reposer, en cette terre qu'il a tant aimée. Dieu ait son âme dans la vie éternelle ».
 
L’en-tête de cette épitaphe fut légèrment modifiée lorsque sa femme, Inès de Bourgoing (1862-1953), le rejoignit dans la tombe.
Mausolée de Lyautey dans les jardins de la résidence à Rabat © Cap
Intérieur de la koubba avec la tombe du maréchal
© INA
© INA
En 1961, la France voulut rétrocéder au Maroc la Résidence, devenue son ambassade. Désireux d’éviter toute profanation de la sépulture, le roi Mohammed V demanda le rapatriement de la dépouille du maréchal et fit proposer qu’elle soit inhumée aux Invalides. Cette proposition entérinée, le transfert des cendres s’accomplit dans une solennité et au milieu d’une foule qu’on a du mal à imaginer.
Porté en train jusqu’à Casablanca, le cercueil fut remis à la marine française.
Puis, il fut acheminé jusqu’à Paris et exposé sous l’arc de Triomphe pour une veillée funèbre. Le lendemain 10 mai, en présence du général de Gaulle, qui prononça un discours, ce fut tout un défilé militaire, digne d’un 14 juillet, qui rendit un dernier hommage au maréchal.
© INA
Enfin, il entra aux Invalides et fut descendu dans la crypte des Gouverneurs de la cathédrale Saint-Louis-des-Invalides il resta avant de trouver place dans la chapelle Saint-Augustin de l’église du Dôme en 1963.
Descente dans la crypte des gouverneurs © INA
Son tombeau, dessiné par l’architecte Albert Laprade (1883-1978), fut exécuté par le ferronnier d’art Raymond Subes (1893-1970). Y sont gravées des inscriptions tirées de déclarations du maréchal.
© MCP
L’autre face en arabe : « Plus je vis au Maroc, plus je suis persuadé de la grandeur de ce Pays »MCP
© MCP
Lors du transfert des cendres de 1961, la dépouille de la maréchale Lyautey fut aussi rapatriée en France pour être inhumée au cimetière de Thorey (Meurthe-et-Moselle).
 



Sources principales :
-Dictionnaire des maréchaux de France –Ed. Perrin (2000)
-Histoire & Patrimoine Bleurvillois : http://histoirepatrimoinebleurvillois.hautetfort.com/archive/2009/08/06/a-nancy-il-y-a-75-ans-les-obseques-nationales-du-marechal-ly.html
(*) commentaire(s)
17 novembre 2016
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.