Retour liste personnalités liées à Louis XVI
HÉRAULT DE SÉCHELLES Marie-Jean (1759 - 5 avril 1794)
Cimetière des Errancis puis les Catacombes (Paris)
Toutes les fées s’étaient penchées sur son berceau. Riche, d’une extrême beauté et brillant par son esprit, il était le prototype parfait de l’aristocrate de cette fin du 18ème siècle que Marie-Antoinette avait fait devenir le plus jeune avocat général de France au Parlement de Paris.
 
Embrassant avec ferveur les idées nouvelles de la Révolution, Séchelles, malgré tous ses talents, commit d’irréparables erreurs qui le conduisirent à l’ échafaud.
Il ne réalisa pas que les révolutionnaires comme Robespierre jalousaient l’attrait qu’il avait sur les foules parisiennes et exécraient son amour du plaisir et sa légéreté de mœurs trop emblématiques d’un temps révolu. Et même si pour prouver sa foi en la Révolution, il fit preuve d’un grand cynisme qu’il expliquait en disant qu’« Entrer dans la machine du cynisme m’a permis d’en comprendre l’incohérence », Séchelles fut, quelque part, toujours en porte-à-faux vis à vis de ses contemporains.
 
Ce qui fit perdre la tête à Hérault de Séchelles ? Son fondement assis entre trois chaises : son origine sociale, son désir intellectuel de voir les choses changer et sa nature profonde plus proche la désinvolture que de la rigueur révolutionnaire.
Marie-Jean,  amateur de plaisirs, continuait à charmer son monde sauf l’Incorruptible qui se méfiait de lui et n'apprécait guère ses succès comme celui qu’il remporta lors de la fête du 10 août 1793 en tant que président de la Convention. Robespierre n’aimait pas qu’on lui fasse de l’ombre. Il n’est donc pas surprenant que celui-ci ait saisi la première occasion pour se débarrasser du personnage.
 
Ayant remplacé Danton aux Affaires étrangères, Séchelles avait discrètement négocié avec l’Autriche l’éventuelle libération de la reine. Accusé alors par Saint-Just, qui ne supportait sa désinvolture au travail,  de livrer à l’ennemi les  délibérations du Comité diplomatique, Séchelles, considéré comme traître ne dut sa survie qu’à sa popularité.
Mais Robespierre ne désarma pas. Expédié en mission le temps de se faire oublier des foules parisiennes, le couperet l’attendait à son retour. Là, sous divers chefs d’inculpation, il fut décrété d’arrestation en même  temps que Danton dont il était l’ami.  
Se défendant sans conviction, un pied dans la Révolution, un autre dans ce monde qui disparaissait, ce genre d’homme n’était pas fait pour ce qu’on attendait de lui.
 
D’abord inhumé au cimetière des Errancis, ses restes furent transférés aux Catacombes à la fermeture du cimetière.
(*) commentaire(s)
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2017- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.