RETOUR IIIe REPUBLIQUE
DOUMER Paul (1857 – 7 mai 1932)
Cimetière de Vaugirard (Paris)
27 avril 2013
Siégeant dans les rangs de la gauche radicale, il se fit remarquer comme rapporteur d'un projet de loi sur l'Annam et le Tonkin. Nommé, en 1896, gouverneur général de l'Indochine, poste qu'il occupe jusqu'en 1902, il conçut la structure coloniale de l'Indochine.
 
De retour sur la scène politique (réélu député de l'Yonne en 1902), son évolution vers la modération lui valut l’adhésion d’une partie de la droite modérée et la présidence de la Chambre en 1905 pour quelques mois. Sénateur de Corse (1912), en août 1914, il se mit à la disposition du général Gallieni.
 
Sur ses huit enfants, il eut la douleur de perdre quatre fils durant la Première Guerre mondiale. Ce sacrifice patriotique fut un atout essentiel pour son élection à la présidence de la République qui succéda à sa présidence du Sénat.
 
Le 13 mai 1931, les portes de l’Elysée s’ouvraient comme une belle revanche sur ses adversaires politiques, ses origines sociales et les coups du sort.
Voulant  offrir   un prestige moral et un rôle moins politique à la fonction, on vit surtout le  nouveau  le président  inaugurer des expositions et prononcer des discours. De cette époque date l’expression
« inaugurer les chrysanthèmes », traduisant le peu de pouvoir du statut.
 
Il aimait ce contact avec le public qui lui fut fatal. A l’occasion d’une de ces manifestations, s’étonnant du dispositif qui l’entourait n’avait-il pas dit de façon prémonitoire « À mon âge, après tout, ce serait une belle fin que de mourir assassiné » ?
Un mois plus tard, lors de l’inauguration d’une exposition consacrée aux écrivains de la Grande guerre à l’Hôtel Salomon de Rothschild,  le président se rendit au stand du romancier Claude Farrère pour qu’il lui dédicace son livre La Bataille. Il ignorait qu’il allait perdre  la sienne contre la mort dans les heures qui suivirent.
 
Surgissant de la foule, Paul Gorguloff, une sorte de géant massif, sortit son revolver de sa poche en hurlant « Çà ne fait que commencer !». Il tira trois fois. Le président s’écroula. Dans le coma, mal soigné à l’hôpital Beaujon, il expira la nuit suivante quelques jours avant de fêter le premier anniversaire de son mandat.
 
Après des funérailles nationales organisées à Notre-Dame de Paris, ainsi qu'au Panthéon, où sa femme refusa qu’il ait sa tombe, Paul Doumer fut inhumé dans l'intimité dans la sépulture familiale du cimetière de Vaugirard.
Evacuation de Paul Doumer vers l'hôpital Beaujon. L’Illustration
Funérailles de Paul Doumer © Meurisse
© Meurisse
© MCP
© MCP
© MCP
© MCP
Paul Gorguloff (Pavel Timothéïévitch Gorguloff) (1895-14 septembre 1932)
Cimetière parisien d'Ivry puis cimetière de Thiais (Val-de-Marne)
© MCP
Anti-bolchevik et fasciste notoire, il avait combattu aux côtés de l’armée blanche avant que son parcours chaotique ne le mène en France. Mais Gorguloff en voulait à cette terre d’accueil qui comptait tant d’exilés russes : non seulement elle n’était pas intervenue pour soutenir les Blancs contre les Rouges mais avait reconnu l’URSS en 1924. Alors jaillit le projet d’une vengeance dans le cerveau de ce déséquilibré.
Arrestation de Gorguloff
A moitié lynché par la foule présente  après son crime et arrêté, son procès, entouré de mesures d’ordre exceptionnelles, s’ouvrit le 26 juillet 1932 devant la cour d’assises de la Seine. Condamné à mort le 27 juillet, tous les recours étant épuisés et le président Albert Lebrun ayant refusé la grâce que l’opinion publique n’aurait pas acceptée, à l’aube du 14 septembre, Gorguloff fut amené à la guillotine dressée boulevard Arago devant la prison de la Santé.
Une foule, évaluée à 3 000 personnes était venue pour assister à l’exécution. Des grappes humaines étaient même juchées sur le Lion de Belfort pour ne rien perdre du spectacle.
La foule se presse pour assister à l’exécution © Agence Mondial
© Agence Mondial
Le fourgon  en chemin vers le cimetière parisien d'Ivry
© Agence Mondial
(*) commentaire(s)
A 5 heures 57, entre deux haies de cavaliers sabre au clair, l’assassin de Paul Doumer fut exécuté sans incident. Immédiatement, son corps fut transporté au cimetière parisien d’Ivry où il fut inhumé dans le carré des suppliciés. Deux semaines plus tard, le 28 septembre, à la demande de sa famille, il fut transféré au cimetière de Thiais où, depuis des lustres, il ne reste rien de sa tombe.
A la grande loterie des destins, il existe de curieux numéros.
Né dans une modeste famille de manœuvriers, son père était cheminot, et orphelin dès l’enfance, Paul Doumer fit preuve d’une volonté acharnée pour se hisser aux plus hautes marches de la magistrature.
 
Professeur dans les Vosges puis rédacteur en chef du journal Le Courrier de l'Aisne, ses  débuts en politique datent de 1885 avec son élection comme député de l'Aisne puis de l'Yonne en 1890.
► 14ème président de la République française :  13 juin 1931 au 7 mai 1932
- Succède à Gaston Doumergue
- Suivi d'Albert Lebrun
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 13 octobre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.