RETOUR AUTRICHE
Photo MCP
 

De son vivant et longtemps après sa mort, elle a alimenté les récits les plus divers où se mêlent histoire et légendes.
On l’a prétendue déséquilibrée, atteinte du mal des Wittelsbach ; certains ont vu en elle une femme libérée, en avance sur don temps, d’autres une sublime poupée à l’image du rôle incarné par Romy Schneider. Incontestablement, Sissi dérangea ses contemporains.
ELISABETH DE WITTELSBACH ou en BAVIÈRE, dite SISSI (1837-10 septembre 1898)
Crypte impériale (Kaisergruft) en l’église des Capucins de Vienne (Autriche)
Sarcophage d'Elisabeth (à gauche) dans la crypte François-Joseph. Photo MCP
Funérailles de Sissi à Vienne
Luigi Luccheni (1873 -  19 octobre 1910)
La tête dans le formol trouva en 2000 sa sépulture
 
Sans doute dans le but de percer le secret de ce cerveau d'assassin, la tête de Luccheni, fut déposée dans un bocal de formol et resta longtemps au musée d'anatomie de Genève. Vint le moment où la Suisse voulut se défaire de tout ce qui pouvait leur rappeler l’ attentat.
Le transfert de la relique se déroulera dans le plus grand secret. Ce fut un collaborateur de l'attaché militaire de l'ambassade d'Autriche à Berne, qui l'embarqua dans sa voiture vers l'Institut d'anatomie pathologique de l'Université de Vienne. Nous étions le 24 décembre 1985 jour anniversaire de Sissi.
L'histoire aurait pu se terminer là. Mais l'affaire s'ébruita. Bientôt, l'Institut fut assailli de curieux qui demandaient à voir «la» tête.
En février 2000, en catimini, celle-ci fut sortie de son bocal et enterrée dans le cimetière dévolu à la médecine légale.
(*) commentaire(s)
Fille préférée d'un père original, et élevée dans une famille où le protocole n'était guère à l'ordre du jour, le destin d'Elisabeth, si éprise de nature et de liberté, allait basculer dans tout ce qu'elle détestait et auquel elle n'était pas préparée.
Alors qu'on s'apprêtait à fêter les fiançailles de sa soeur Hélène avec son cousin l'empereur François-Joseph d'Autriche, ce dernier eut un véritable coup de foudre pour Elisabeth qu'il n'avait pas vue depuis des années.
En 1854, elle l'épousait, devenait impératrice et découvrait un monde régit par la dure étiquette de la cour où les interdits et les conventions lui firent baptiser le Hofbourg le « palais cachot". Privée de l'éducation de ses enfants par ordre de sa belle-mère avec laquelle elle ne s'entendait pas, Sissi connut ainsi son premier deuil et commença à fuir Vienne. Ce fut le début de sa vie d'errance d'une villa à une autre.
 
Belle et spirituelle, entre deux abscences elle fit de la cour de la Vienne l’une des plus brillantes d’Europe. Par son charme sans pareil, elle subjuguait quiconque l'approchait. Elisabeth, consciente que sa beauté était son meilleur atout, mit tout en oeuvre pour la conserver au prix de régimes et d'exercices draconiens. Poète, républicaine, éprise d’absolu et rebelle, elle sut influencer l'empereur pour qu'il relâcha la pression sur les différents peuples que formaient l'empire. La Hongrie, sa patrie de coeur, bénéficia particulièrement de cette influence qui se conclut par la signature du "Compromis" de 1867 qui créa une double monarchie austro-hongroise.
 
Puis, progressivement, sous l’effet de chagrins intimes et des nombreux  deuils  qui la frappèrent, elle s’éloigna des manifestations officielles.
 
La mort, en 1857, de son premier enfant, Sophie, l’avait terrassée.  Comment se remettre de l’exécution de son beau-frère Maximilien au Mexique (1867), de la folie de sa belle-sœur Charlotte - épouse de Maximilien -, de la disparition brutale de son cousin chéri Louis II de Bavière (1886) ?  Comment survivre au suicide de son fils unique Rodolphe (1889) et à la mort dramatique de sa sœur, la duchesse d’Alençon, morte brûlée vive lors de l'incendie du Bazar de l'Hôtel de ville en 1897 ?
 
Délaissant de plus en plus Vienne, Sissi vivait séparée de François Joseph pour qui elle choisit une maîtresse. François-Joseph, qui ne cessa jamais de l'aimer, lui offrait de sompteux cadeaux comme la villa Hermès à Vienne.  Elle voyageait sur son yacht  et faisait de longs séjours dans son palais de Corfou, dont le nom, l’Achilleion, symbolisait sa passion pour les héros grecs en général et pour Achille en particulier. Mais, dans son sillage, la mélancolie était sa compagne de chaque instant.
 
En cette fin d’été 1898, Elisabeth était à Genève pour visiter incognito la baronne de Rothschild. Sa fuite en avant semblait se calmer. Elle se sentait bien.
Luigi Lucheni, lui, était là pour tuer Henri d’Orléans qui ne viendra pas. Tant pis ! A défaut d’un prétendant au trône de France, ce sera une impératrice d’Autriche.
Il guetta sa victime qui, d’ailleurs, eut le bon goût de ne pas le faire trop attendre. Sissi avait renvoyé les gardes mis à sa sécurité.  Alors qu'elle se dirigeait vers le bateau public pour se rendre chez les Rothschild,   le déséquilibré la bouscula fortement et lui planta un poinçon dans le cœur. Elle marcha encore, ne réalisant pas la gravité de l'agression. Elle monta sur le bateau et s'écroula. En lui dégraffant son corsage, on découvrit alors la blessure. Le trou était petit, le sang ne coulait pas.
Elisabeth expira quelques heures plus tard. Nous étions le samedi 10 septembre. Sa dépouille fut ramenée par le train jusqu'à Vienne où l'attendait François-Joseph anéanti et en larmes.
 
Elle voulait que son corps soit jeté à la mer, elle ne fut pas exhaussée. C’était une Habsbourg et sa place était dans le caveau impérial de la dynastie et non pas dans les abysses romantiques.  Elle fut inhumée dans la crypte "Toscane" de la crypte impériale (Kaisergruft) du couvent des Capucins de Vienne où l'attendait son fils.
Puis, François-Joseph  fit transporter sa sépulture dans la crypte éponyme qu’il avait fait aménager en 1908, et où il l'a rejoignit en 1916. Depuis, elle repose dans cette salle au décor froid et impersonnel qu'elle aurait détestée.
 
Toujours contre sa volonté, elle subit l’inévitable et traditionnelle barbarie du prélèvement du cœur et des entrailles : le premier fut déposé en église des Augustins de Vienne et les secondes en la cathédrale Saint-Étienne.
 
C’est ainsi que s’acheva le sublime et douloureux destin d’Elisabeth d’Autriche qui reste l’une des héroïnes les plus romanesques imaginées par l’Histoire, objet d'un véritable culte en Autriche et en Hongrie.
Abandonné de ses parents, après une enfance difficile qui eut une enfance difficile en étant abandonné par ses parents, Luccheni se laissa séduire par les discours des illégalistes italiens. Sissi fut victime d'un révolté désireux de présenter ses lettres de créances à une société honnie.
Condamné à la réclusion à perpétuité, il commença à rédiger ses Mémoires en prison avant de se pendre dans sa cellule quelques semaines plus tard,  le 19 octobre 1910. Volés, les cahiers furent retrouvés en 1938 et ont fait l'objet d'une édition.
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
Chercher
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
CONTACT
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2019
COPYRIGHT 2010 - 2019 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.