RETOUR ALLEMAGNE
EICHMANN Adolf (1906 – 31 mai 1962)
Crématisé et cendres jetées à la mer.
4 août 2012
Ayant choisi de faire une carrière dans la SS, au début de la Seconde Guerre mondiale, il s’était déjà fait un nom au bureau de l'émigration juive.
 
Remarqué, d’une promotion à une autre, le 20 janvier 1942, Reinhard Heydrich l’invita à participer à la conférence de Wannsee où la « solution finale » fut officiellement décidée même si l'extermination avait déjà commencé depuis plusieurs mois.
Nommé « administrateur du transport », chargé de tous les trains qui transportaient les Juifs vers les camps de la mort polonais, il assuma son rôle avec zèle durant deux ans.
Très apprécié, en 1944, il alla en Hongrie pour organiser la déportation des Juifs hongrois.
Voilà comment pour assurer sa carrière de haut fonctionnaire, Eichmann devint un rouage banal mais efficace du mal.
 
Fuyant l’avancée soviétique, il fut néanmoins arrêté par les Alliés en 1945. Bien que recherché comme criminel de guerre, sous divers noms d’emprunt, il réussit à cacher son identité  et à échapper au procès de Nuremberg. Il s’évada en février 1946.
Durant quatre ans, caché en Allemagne, il fut tour à tour bûcheron puis éleveur de poules. Mais l’étau se resserrait. À la fin avril 1950, profitant de réseaux assurant la fuite de nazis, il rejoignit l’Argentine, refuge béni de nombreux nazis recherchés ou pas. Grâce à ses relations, il commença une nouvelle vie sous le nom de Ricardo Klement et fit venir sa famille deux ans plus tard.
En 1959, il entra comme mécanicien dans une usine  Mercedes-Benz au nord de Buenos-Aires. Vivant fort modestement dans un quartier isolé et pauvre de la capitale, Eichmann pouvait espérer ne jamais être retrouvé.
C’était compter sans le gouvernement israélien qui, après quinze ans de recherches, l’avait enfin  débusqué.
 
Pour refonder l’unité nationale israélienne et asseoir son parti, Ben Gourion  souhaitait un « Nuremberg du peuple juif » ce qui excluait l’assassinat des concernés par ce procès dont Eichman était en tête de liste.   Ne pouvant espérer une extradition, des agents du Mossad,  service secret israélien,   montèrent une opération d’enlèvement sans attirer l'attention.
Et une fois kidnappé, comment évacuer Eichmann ? Certainement pas en passant une frontière et, à l’époque, il n’existait aucune liaison aérienne entre Israël et l’Argentine. L’opportunité vint des fêtes du 150e anniversaire de l'indépendance argentine où une délégation israélienne se rendait.
Ce double défi à hauts risques contrevenait au droit international et mettait en cause la souveraineté de l'État argentin. Précédant l’arrivée de la délégation, un petit groupe d’agents du Mossad s’envola pour Buenos-Aires et mit en place toute les moyens de leur action. Après un repérage minutieux des habitudes de leur proie et sa méfiance, les agents réussirent à l’enlever. Séquestré dans une maison spécialement louée et aménagée, il restait à s’assurer qu’il s’agissait bien d’Eichmann. Ce petit homme insignifiant était si loin du personnage arrogant de triste mémoire.
Conduit à Jérusalem et emprisonné sous une surveillance serrée, son procès débuta le 11 avril 1961 et se termina le 11 décembre par sa condamnation à mort. Suite à une interjection d’appel qui confirma le verdict et une demande de grâce rejetée, il ne fut exécuté que le 31 mai 1962 par pendaison dans la prison de Ramla sans avoir signifié le moindre regret.
 
Comme ses acolytes de Nuremberg, sa dépouille n'eut pas de tombe. Israël, refusant de polluer son environnement, se débarrassa des cendres d’Eichmann dans la mer Méditerranée en dehors de ses eaux territoriales.
 


Sources principales : documentaire Les traqueurs de nazis (chaîne Planète Justice) avec les témoignages des agents du Mossad, encore vivants, ayant participé à toute l’opération.
(*) commentaire(s)
Mais, à la grande surprise des agents qui s’attendaient à plus d’intelligence, Eichmann ne mit pas longtemps à se recouper en donnant le numéro de matricule SS correspondant à son nom après avoir nié sa véritable identité. Il signa une déclaration par laquelle il acceptait être jugé en Israël.
Alors que déjà ses proches le recherchaient, l’avion de la délégation annonça un retard exposant les kidnappeurs à plus de danger.
Finalement, le 21 mai 1960, drogué pour simuler une ivresse, vêtu d’un uniforme de steward, Eichmann fut monté dans l’avion où les pilotes apprirent seulement la nature de leur colis spécial.
THEMES 
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
FACEBOOK
CONTACT
Chercher
par Marie-Christine Pénin
Pour s'abonner à la Newsletter:
l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
-Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 février 2020
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.