RETOUR VARIÉTÉS
RETOUR CINÉMA
29 janvier 2017
MONTAND Yves (1921 – 9 novembre 1991)
Cimetière du Père-Lachaise, 44ème division (Paris)
► Chanteur et acteur  français d'origine italienne
Né Ivo Livi en Italie de parents ouvriers et communistes qui fuirent le régime fasciste de Mussolini pour s’installer dans les quartiers pauvres de Marseille, le brillant avenir du jeune « immigré rital » n’était pas gagné d’avance. Sa passion pour le cinéma, et les numéros de claquettes de Fred Astaire qui le fascinaient, allaient changer la donne. Mais sans son talent conjugué au travail et à la chance, rien n’eut été possible.
 
Embauché comme « chauffeur de salle » dans un cabaret (1938), il passa sur scène devant un public qu'il séduisit et applaudit à tout rompre à ses interprétations de Trenet, Chevalier et à ses imitations de Fernandel.
De suite, Ivo Livi devint Yves Montand en souvenir de sa mère qui, lorsqu’il jouait dans la rue, l’appelait par la fenêtre : « Ivo! Monta! ».Et pour monter, il allait le faire !
 
En 1939, sa première grande scène à l’Alcazar de Marseille avec une première chanson originale,  Dans les plaines du Far West,  lui rapporta tous les suffrages. La guerre mit un frein à ce succès plus que prometteur,  avec lequel il renoua dès 1941 avant de débarquer à Paris pour échapper au STO (1944).
 
Sa carrière semblait  lancée quand une rencontre déterminante l'accéléra.  Edith Piaf l’accepta en première partie de son spectacle au Moulin Rouge. Coup de foudre entre les deux personnages. Grâce à elle, il apprit à donner du corps à son personnage et à soigner  le moindre détail de ses prestations. Tournées en commun, passages en vedette avec  Battling Joe et  Les Grands Boulevards », premiers enregistrements, et premiers pas au cinéma avant qu’Edith ne mette fin à leur liaison.  
Rien ni personne n’arrêterait l’ascension de son jeune poulain qui sut s’entourer de paroliers, de compositeurs  et de musiciens  aux talents éprouvés capables de servir le sien. Les triomphes succédèrent aux succès.
 
Remarquable one-man show,  méditerranéen jusqu’au bout des ongles, irrésistible séducteur, il eut  des femmes, beaucoup de femmes, et pourtant le couple qu’il forma avec Simone Signoret reste un modèle du genre, un « French paradoxe » comme diraient les Américains.
 
Homme orchestre à sa façon, avec un rare bonheur, il réussit à marier la chanson et le cinéma qui, le temps passant, devint sa priorité. Si l’acteur n’emporta pas toujours l’adhésion à ses débuts, et si  sa tentative américaine fut par la suite un échec, Le Salaire de la peur (1953) de Clouzot ne laissait aucun doute sur son potentiel qui s’imposa à partir de la fin des années 60.  
Sincère, mais maladroit, il s’était toujours voulu engagé -d’abord dans le communisme puis dans le libéralisme tout azimut- il fut très à l’aise dans les œuvres de Costa-Gavras : Compartiment tueurs
(1965) ;  Z (1969) ; L’Aveu  (1970) ou Section spéciale (1975).  
En vieillissant et  en prenant de l’autorité, il composa aussi bien dans le drame, la comédie que dans le polar avec des films aux succès  incontestés :  Le Cercle rouge (1970) ; La Folie des grandeurs (1971) ; Le Sauvage (1975) ;  Police Python 357 (1976)  ; I... comme Icare (1979) ; Le choix des armes (1981) ;  Tout feu, tout flamme (1982)  ; etc.
Sa rencontre avec Claude Sautet lui permit d'apposer une empreinte supplémentaire  : César et Rosalie (1972) ;  Vincent, François, Paul... et les autres (1974) et Garçon (1983).
 
Après sa prestation du Papet dans Jean de Florette et Manon des sources (1986) de Claude Berri, il tourna encore quatre longs métrages, dont le dernier, IP5,  sortit après sa mort brutale due à un infarctus et  intervenue à la fin du tournage. Le retour sur scène qu’il ambitionnait ne se fit pas.
 
Inhumé au cimetière du Père-Lachaise aux côtés de Simone Signoret, la cérémonie, comme pour l’actrice,  fut dépouillée à l’extrême : ni de musique, ni éloges.  Avant la foule des anonymes, celle des personnalités - hommes politiques, acteurs chanteurs-, et la famille,  déposèrent en silence une rose sur le cercueil exposé. Depuis, la tombe du couple fait partie des plus visitées.
 
Le même visiteur ignore que dans une autre division repose son frère, Julien Livi.
►LIVI Julien (Giuliano) (1917-1994)
Cimetière du Père-Lachaise, 81ème division (Paris)
Modeste travailleur, il resta toute sa vie fidèle à la classe ouvrière et à son engagement politique. Syndicalisé très jeune à la CGT, membre du parti communiste dès 1934, secrétaire du syndicat des dockers, après avoir été prisonnier en Allemagne durant toute la guerre, il devint, par la suite, secrétaire général de la Fédération de l'alimentation CGT, puis président de l'Union internationale des syndicats de cette branche.
Chagriné par les déclarations anti-communistes que son cadet, Yves, tint  à son retour désabusé d’une tournée dans tous les pays du Bloc de l'Est (1957), il s’en éloigna avant de le revoir dans les dernières années de l’artiste.
© MCP
© MCP
© MCP
Sources principales :
-http://musique.rfi.fr/artiste/chanson/yves-montand
-Wikipédia
-Dictionnaire du cinéma –Les Acteurs – Ed. Robert Laffont (1999)
-http://www.humanite.fr/node/75132
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique Saint-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 19 février 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.