RETOUR RELIGION
DES SAINTS ET DES RELIQUES...
Masaccio (1424) - Eglise Santa Maria del Carmine, Florence.
Atteindre la sainteté n’est pas une sinécure ! Porter à un degré exemplaire la pratique héroïque de toutes les vertus chrétiennes demeure un exercice bien peu praticable pour le quidam ordinaire. Or, pour rejoindre la cohorte de martyrs des temps douloureux des débuts de la chrétienté, de contemplatifs et ascètes, de mystiques et de stigmatisés, etc., il faut, de nos jours, au moins enregistrer deux miracles, principalement des cas de guérison reconnus mais non explicables de façon scientifique.
Bref, si vous n’êtes pas l’intercesseur manifeste de la volonté divine, aucune canonisation n’est envisageable avec au moins pour avantage notable de ne pas avoir votre sépulture dérangée durant votre repos éternel.
 
Le terme de canonisation est bien moins ancien que la chose qu'il exprime ; on ne le trouve pour la première fois qu'en 993 dans une bulle du pape Jean XV à l'occasion de celle de l'évêque Ulrich d'Augsburg.
 
Dépeuplé par le christianisme, le ciel du paganisme ne resta pas longtemps sans habitants : saints martyrs vinrent y cohabiter avec les anges. Ils furent si nombreux à s’y installer qu’on ne compte plus au travers les siècles les conciles interdisant les ferveurs rendues à d’éventuels usurpateurs, c’est à dire ceux dont le caractère sacré n’avait pas été officiellement reconnus par l’Eglise. Au 15ème siècle il est arrivé qu’on ne comptât pas moins de cinq mille personnes par jour prétendant au martyrologe…
Un peu d’ajustage et la Toussaint mirent un peu d’ordre dans le calendrier y compris la saint Glinglin.
 
Pendant que du Paradis, l’esprit des vrais saints veillaient sur les vivants, ceux-ci s’activaient à préserver les restes terrestres des bienheureux disparus. Cette conservation se fit avec d’autant plus de zèle que des reliques sincèrement vénérées ne pouvaient qu’intercéder en la faveur de celui qui se dévouait si honnêtement.
Et les grands de toute l’Europe, les églises, les abbayes et autres lieux de revendiquer le droit à posséder SA relique.
 
Il fallut attendre le 4ème siècle pour voir le culte des reliques s’accélérer, s’emballer avec le temps pour en arriver à un invraisemblable trafic où les vraies autant que les fausses envahirent le marché.
C’est ainsi que si l’on compte bien, on peut conclure qu’un saint « qui rapporte » était une sorte de monstre à quatre bras, trois têtes et doté d’au moins une trentaine de petits doigts et autant d’orteils !
Le bras de saint Thomas d’Aquin était exhibé en même temps à Rome, à Rhodes et aux Indes; sainte Julienne de Nicomédie, avec ses vingt-six têtes bat à plate couture St Jacques le Mineur et St Jean-Baptiste qui n’en possèdent que dix.
Au 19ème siècle, on note une performance avec saint Georges et saint Pancrace qui affichent trente corps ; pour les bras, la valeur refuge reste incontestablement saint  André qui en possède dix-sept, etc.
La Sainte Couronne d'épines conservée à Notre-Dame de Paris.© Gérard Boullay
Ste Julienne par Barré -Eglise Saint-Martin du Puiselet-le-Marais (Essonne)
La liste de ces incongruités est bien trop longue pour être reportée dans cet article. Toutefois, pour le plaisir, je ne résiste aux mains palmées de St Jérôme qui possédaient soixante-trois doigts.
 
Enfin le tableau serait incomplet si j’omettais de parler d’autres types de reliques dont le grotesque laisse interdit, à savoir : le lait de la Vierge, sept prépuces de Jésus, les parties sexuelles de sainte Gudule, les plumes de l’ange Gabriel et de l’archange saint Michel et aussi le "han" que poussait Joseph lorsqu’il coupait du bois, qui était conservé dans une bouteille à Courchiverny près de Blois, ou un éternuement du Saint-Esprit enfermé dans une fiole brisée par les Huguenots à Périgueux (église Saint-Front)…
 
Cessons là, car aux  reliques corporelles (reliques directes) peut se substituer  les reliques non corporelles (reliques indirectes) qui regroupent les objets ou vêtements ayant été en contact avec le saint dont les plus importantes sont celles de Jésus : couronne, épines, clous, linge, morceaux de bois de la Croix. Et là aussi, force est de constater que la multiplication de ces dernières fut (est) telle que leur
« authenticité » se vit estampillée du label «vrai(e)» : « morceau de la Vraie Croix », de la « Vraie Couronne »,…
La Sainte-Chapelle. http://kulturiste.wordpress.com
Reliquaire de sainte Aurélie. Paris, Notre-Dame-des-Victoires.
© Y. Gagneux
Reliquaire de saint Yves. Tréguier, cathédrale Saint-Tugdual.
© MCP
Bras reliquaire de Saint Luc. Naples, Médina del Campo
Statue reliquaire de sainte Foye. Abbaye de Conques
http://www.art-roman-conques.fr/Images/majeste-foy.jpg
Chefs-reliquaires de saint Sixte  et  de sainte Agnès. © Sotheby’s
Un Saint Prépuce...
Lait de la Vierge. Basilique d'Evron http://www.france-pittoresque.com
(*) commentaire(s)
25 juin 2014
Mais que valent ces considérations face à la vénération sincère des fidèles qui engendra l’exploitation scandaleuse de ce commerce.
Qui dit relique, dit monument, châsse ou reliquaire pour la protéger, dit pèlerinage, dit gros flux financiers. Déjà, en 386, le Code Théodosien inscrivait une ordonnance qui interdisait de déplacer les ossements des martyrs ou d’en faire trafic. En 1274, ce fut au tour du Concile de Lyon d’interdire les dévotions sur les reliques qui n’avaient pas été approuvées par le pontife romain. Rien n'y fit.
En fait, leur prolifération, causée par la rivalité des collectionneurs (la collection de Louis XI est célèbre), allait augmenter avec l’invasion du marché par les reliques importées d’Orient après les conquêtes ottomanes. La bourse de la relique risquait tout simplement de connaître son Jeudi noir !
 
De cette espérance, de ce credo allait aussi naître des merveilles pour la protection de ces « restes  saints ». Rien n'était trop beau ni trop luxueux. De la Sainte-Chapelle-, commandée par Louis IX pour abriter la fameuse Couronne d’Epines (de nos jours à Notre-Dame), un morceau de la Vraie Croix, etc.,- à la basilique Saint-Denis ou à celle de Saint-Pierre de Rome- véritables châsses enveloppant les dépouilles de saint Denis et l’Apôtre Pierre-, en passant  par d’incalculables chefs-d’œuvre sous forme de reliquaires, des générations d’architectes, d’orfèvres et d’artistes en général s’associèrent à la création de ces œuvres sublimes. Face à ces témoins du génie humain et à tant de beauté l'esprit cartésien s'efface quelle que soit sa croyance.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 14 novembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.