RETOUR RUSSIE
TROTSKI Léon, Lev Davidovitch Bronstein, dit (1897- 20 août 1940)
Musée Léon Trotski de Mexico (Mexique)
La révolution d’Octobre 1917 avait plongé la Russie dans un vide institutionnel. Il avait suffit d’un groupe déterminé et bien organisé pour que le pouvoir bascule en faveur des bolcheviks avec Lénine à leur tête.
 
Peu avant, Trotski était revenu de plusieurs années d’exil de façon tout à fait officielle contrairement à Lénine de retour dans la clandestinité. Président du soviet de Petrograd, il avait cet avantage sur Lénine de ne pas être paralysé par la clandestinité et l’éloignement.
Trotski sur son lit de mort
Le bureau de Trotski où il fut assassiné. Merci à Marie Beleyme pour la photo
Le jardin où furent inhumées ses cendres. Merci à Marie Beleyme pour la photo
La tombe de Léon Trotski. Merci à Marie Beleyme pour la photo
SEDOV Léon (1906 – 16 février 1938)
Cimetière de Thiais, 22ème division  (Val-de-Marne)
Fils de Trotski et de sa seconde épouse et aussi son collaborateur, il fut éloigné de ses parents pour ne pas être taxé de privilégié avant de les rejoindre en exil en laissant sa propre famille derrière lui. Installé à Paris en 1933, il y publiait un bulletin mensuel bolchévico-léniniste ainsi que Le livre rouge sur le procès de Moscou
Sa mort reste sujette à controverses : hospitalisé d’urgence pour un début d’appendicite ou péritonite, il n’en sortit pas vivant. Assassinat ou négligence et incompétence médicales ? Il semble que cette dernière version soit davantage retenue. Il fut inhumé au cimetière de Thiais. Tous les 20 août les Trotskistes viennent se recueillir sur sa tombe pour commémorer le meurtre de son père.
© Martin Ottmann
MERCADER Ramón (1914 - 1978)
Cimetière Kuntsevo de Moscou (Fédération de Russie)
Né en Espagne, élevé en France, fervent communiste, il participa au Front populaire et combattit durant la guerre d’Espagne. C’est à cette occasion qu’il fut recruté comme agent du NKVD. En 1938, sous le nom de Jacques Mornard, se faisant passer pour un journaliste, il avait
« rencontré » Sylvia Ageloff, une jeune trotskiste de New York dont la sœur avait été la secrétaire du révolutionnaire. Sylvia avait conservé de bonne relations avec le coupe Trotski exilé. Mercader la séduisit.  Ainsi, en toute innocence, Sylvia devint-elle, le passeport pour l’assassinat de Léon Trotski.
Vingt ans de prison au Mexique et une médaille prestigieuse reçut en 1961 à Moscou, dont l’unique avantage était d’être prioritaire dans les longues files d’attente, telles furent les récompenses que reçut Mercader pour son acte « héroïque ». Il possède encore une place d’honneur au musée du KGB de Moscou.
Pour le reste, contraint de continuer à vivre sous un pseudonyme, témoin désabusé de la politique soviétique, conscient de l’inutilité de son geste et ne cessant d’entendre résonner dans sa tête le cri de sa victime, Mercader finit par demander à Fidel Castro l’autorisation de se rendre à Cuba, ce que celui-ci lui accorda bien volontiers.
Ce fut sous le nom de Ramón Lopez qu’il s’y installa et qu’il finit ses jours à La Havane.
Ses cendres, rapatriées à Moscou par sa famille, furent inhumées sous une pierre tombale sur laquelle il faudra des années que sa photo vienne s’intercaler entre Ramón Ivanovich Lopez et del Rio et rappeler aux vivants un bout de sa véritable identité.
La tombe de Mercader avant la mise en place de sa photo. Find a Grave
© A.Savin
(*) commentaire(s)
15 décembre 2013
Nul doute que sans lui l’insurrection d’Octobre n’aurait pu avoir lieu car ce fut lui qui créa l’organisation militaire qui permit aux insurgés de passer à l’action.
 
Une fois le pouvoir accaparé, Trotski occupa, après Lénine, les fonctions les plus importantes. Commissaire du peuple aux Affaires étrangères, puis commissaire du peuple à la Guerre, il fut, à ce titre, et grâce à son charisme et à ses talents oratoires, le créateur de l’Armée rouge (28 janvier 1918). S’ouvrit alors la période du « communisme de guerre » pendant laquelle les bolcheviks mirent en place les fondements d’une dictature politique. Avec  l’Armée rouge, bien qu’encore improvisée, Trotski put écraser les contre-révolutionnaires et lutter sans pitié contre les désertions.
 
A la mort de Lénine le pays était très affaibli. Trotski, qui figurait comme l’un des principaux prétendants à succession du « Père de la Révolution », fut alors supplanté par Staline. Au nom de l’interdiction des fractions du Parti édictée aux heures de la guerre civile, ce dernier écarta ses rivaux et fit exiler Trotski en Asie centrale après lui avoir ôté tout pouvoir et l’avoir exclu du Parti communiste.
Obligé de fuir la police secrète un peu partout dans le monde, il arriva au Mexique en janvier 1937 alors qu’à Moscou les procès politiques se multipliaient.
 
S’opposant avec force au stalinisme, multipliant les écrits qui portaient sur la théorie de l’Etat ouvrier dégénéré et du stalinisme ou sur le fascisme comme solution politique bourgeoise à la révolution, fondateur de la IVe Internationale (1938), Trotski savait sa vie en danger et transforma sa villa de Mexico en véritable bunker.
Une première tentative d’assassinat qui vit une vingtaine de personnes envahir sa villa échoua miraculeusement. Là où un groupe avait raté, un homme seul allait y parvenir. Ramón Mercader, agent du NKVD, réussit à s’introduire dans le cercle des intimes de Trotski en devenant l’ami de la secrétaire du révolutionnaire. Léon n’aimait pas ce « journaliste » et ne le rencontra que très peu dont une fois de trop. Sous prétexte de lui faire lire un article, Mercader se présenta à la villa. Les deux hommes s’isolèrent dans le bureau de Trotski. Plongé dans sa lecture, Léon ne vit pas Mercader sortir un piolet de sous son manteau et le brandir au-dessus de sa tête. Quand il réalisa, il tenta désespérément de se défendre, mais le piolet était déjà historiquement bien enfoncé dans son crâne.
 
Transporté à la clinique, le temps d’un petit trait d’humour avec sa femme, Trotski perdit connaissance et ne la retrouva pas. Des milliers de personnes vinrent lui rendre un dernier hommage. Le 27 août, il fut crématisé et ses cendres données à Natalia Sedova, sa seconde épouse, qui les fit inhumer dans le jardin de la maison qu’ils occupaient depuis le 5 mai 1939. L’architecte et peintre Juan O’Gorman dessina le monument que l’on peut voir aujourd’hui.  La maison fut transformée en musée en 1990.
 
Ses idées continuèrent à se propager et inspirent encore certains mouvements d’extrême gauche dont des membres se réunissent toujours tous les 20 août sur la tombe de son fils, Léon Sedov, pour lui rendre hommage.
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 6 décembre 2017
COPYRIGHT 2010 - 2017 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.