RETOUR ALLEMAGNE
Procès de Nuremberg :  
Condamné à mort par contumace pour crime contre l’humanité
BORMANN Martin (1900 – 1er ou 2 mai 1945)
Mer Baltique
1-2
1-2
Evaporée lors de la chute de Berlin, Bormann est l’une des plus mystérieuses et plus sinistres figures du IIIe Reich.
 
Durant la prise de Berlin, réfugié dans le bunker d’Hitler, Bormann fut témoin de son suicide. Devenu l’exécuteur testamentaire politique du Führer, ce dernier lui avait demandé de sauver sa vie. En fait, Hitler à peine mort, Bormann n’avait plus aucune importance. Il était redevenu celui que les généraux du Reich qualifiaient de « gratte-papier inculte et peu raffiné ».
Après avoir pris congé de Goebbels, revêtu un manteau de cuir noir couvrant sa tenue de camouflage, accompagné d’Hans Baur, le pilote de Hitler, il s’engouffra dans les souterrains du métro qui étaient la seule issue possible pour rejoindre un contingent susceptible d’assurer sa fuite.
Nous étions le 30 avril 1945. Bormann venait de disparaître pour toujours. Les versions de ce qu’il avait pu advenir de lui vinrent gonfler le dossier de sa sombre légende.
 
Des Bormann vivants et morts aux quatre coins du monde
 
Interrogé comme témoin lors du procès de Nuremberg, Erich Kempka, le chauffeur d'Hitler affirma qu’il avait été tué lors d’une explosion dans les sous-terrains peu après sa fuite. D’autres témoignages affirmèrent qu’il fut tué en tentant de traverser les lignes russes. Puis, ce fut au tour du chef de la jeunesse hitlérienne d’être persuadé qu’il s’était suicidé, d’ailleurs il avait vu le corps le 2 mai 1945. A défaut d'être présent au procès de Nuremberg, il y fut jugé et condamné à mort par contumace.
 
Le mythe était né. Des Bormann morts il en surgit de partout ; des Bormann vivants aussi.
Après le décès de sa femme, on prétendit qu’il avait fui en Argentine, puisqu’il y avait été « vu », vivant comme un millionnaire. Mais comme dans le même temps, il était aussi « aperçu » au Chili et au Brésil…
 
► La piste argentine
 
Des avis de recherches furent lancés aux quatre coins du monde. On effectua des analyses sur des dépouilles prétendues être la sienne. Dans les années soixante, le fils d'Adolf Eichmann, s’adressa au monde entier par le truchement de la télévision ; affirmant que Bormann vivait en parfaite santé en Amérique du Sud, il lui demandait publiquement de faire face à ses responsabilités.
 
En 1984, un journaliste cherchant la piste d’un Bormann « vivant » en Argentine mit les yeux sur un dossier
« Bormann ». Juste les yeux, car pour y mettre la main, il n’aurait jamais dû demander l’autorisation de le consulter. Autorisation non seulement refusée, mais le gouvernement argentin niera même l’existence de ce dossier.
 

(*) commentaire(s)
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2017- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.