RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
VAILLANT-COUTURIER Marie-Claude (1912 – 11 décembre 1996)
Corps donné à la science
Aînée des enfants de Lucien Vogel et de Cosette de Brunhoff, comment une jeune bourgeoise, appelée à seconder son père, un patron de presse influent, arrive-t-elle au début des années 1930 à s’engager durablement dans le mouvement communiste français et à y jouer un rôle éminent jusqu’à sa mort ? « C'est la conscience de n'avoir pas eu d'autre effort à faire que celui de naître qui m'a donné une certaine conscience de classe. » avait-elle dit. On peut aussi la regarder comme représentative d’une partie du monde intellectuel de gauche qui se laissa séduire par l’utopie communiste dont ils se firent les porte-drapeaux.
Reporter-photographe, membre des Jeunesses communistes, elle milita à Paris dans l'Association des écrivains et artistes révolutionnaires, dont elle épousa le secrétaire général, Paul Vaillant-Couturier, une dizaine de jours avant la mort de celui-ci après trois ans de vie commune. Une histoire d’amour qui se construisit sur le même terreau.
Veuve, dirigeante des Jeunes Filles de France en 1938, elle suivit la ligne du P.C.F. et vécut, à partir de 1939, avec Roger Ginsburger, dit Pierre Villon, dont elle adopta le fils âgé de quatre mois.
Engagée dans la Résistance, elle participa notamment à des publications clandestines. Arrêtée en février 1942, déportée en janvier 1943, elle connut les camps d'Auschwitz et de Ravensbrück. Comme elle parlait allemand, elle obtint une place de secrétaire au revier, quartier des malades dont on connaît le terrible destin. Après la libération de Ravensbrück, elle resta dans le camp jusqu'à ce que tous les malades français soient évacués, aidant le personnel médical à les identifier pour leur rapatriement.
C'est en la mémoire de celles dont elle partagea le sort et qui ne revinrent jamais qu’elle parla à son retour. Secrétaire de la Fédération démocratique internationale des femmes de 1945 à 1954, elle témoigna au procès des criminels de guerre nazis à Nuremberg, le 28 janvier 1946. Récit aussi essentiel que bouleversant qui fut enregistré.
Rescapée de l'horreur, elle en fut un témoin inlassable ; elle présida la Fondation pour la défense de la mémoire de la déportation et défendit à l'Assemblée nationale, en 1964, le renforcement de la loi sur « l'imprescriptibilité du génocide et des crimes contre l'humanité ». Député de 1945 à 1958 et de 1962 à 1973, tour à tour de la Seine puis du Val-de-Marne, elle représenta toujours la circonscription Arcueil-Villejuif, dont son premier mari avait été l'élu.
En 1964, devant l’Assemblée nationale, elle défendit la notion d’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, ouvrant ainsi la voie à la ratification par la France en 1968, de la convention de l’ONU sur l’imprescriptibilité de ces crimes.
En 1987, à la demande des parties civiles, elle témoigna également lors du procès de Klaus Barbie à Lyon
 
Même si elle ressentit comme « quelque chose de terrible » à la révélation des crimes de Staline, elle demeura une militante disciplinée du parti communiste.
 
Pour André Malraux, elle était de celles qui font la noblesse d’un peuple.
 
A ma grande surprise, alors que je cherchais ce qu’il advint de sa dépouille, j’avais beau secouer toutes les sources possibles, aucune information ne sortait du chapeau. Sidérant pour une telle personnalité ! J’ai compris pourquoi en obtenant la réponse de son petit-fils. Morte à son domicile de Villejuif, selon sa volonté, son corps fut donné à la science. Il n’y eut aucune cérémonie d’obsèques. Seul un hommage lui fit rendu l’année suivante à la Maison de la chimie.
A priori, aucune plaque n’a été déposée au cimetière parisien de Thiais dans le carré dédié au souvenir de ceux qui font don de leurs corps.
►VILLON Pierre, Roger Ginsburger, dit (1901- 6 novembre 1980)
Cimetière du Père-Lachaise, 97e division (Paris)
Fils du rabbin Moïse Ginsburger (1865-1949), il naquit dans une Alsace encore annexée à l’Allemagne. Architecte et décorateur à Paris, après avoir suivi une formation en Allemagne, il adhéra à l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR) en 1932, et en devint rapidement le secrétaire de la section architecture. La même année, il s’encarta au Parti communiste français. Son atelier d’architecte servit de boîte à lettres pour des révolutionnaires allemands, polonais, yougoslaves.
 
En 1934, il fut envoyé comme permanent à Anvers à l'Internationale des marins et dockers où il assuma des responsabilités à la section de propagande.  .
Après l'interdiction de la presse et du Parti communiste, il assura la rédaction et la publication de l'Humanité clandestine. Arrêté en octobre 1940, il s'évada du camp de Gaillon, où il avait été transféré, en janvier 1942. Après l’arrestation de Georges Politzer (1903-1942), il le remplaça à la tête des comités d’intellectuels du Front national zone Nord. Au printemps 1943, il participa activement à la création du Conseil national de la Résistance (CNR).
 
Délégué à l'Assemblée consultative provisoire, il présida la commission de la défense nationale jusqu'en juin 1945. Elu secrétaire général de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR) à sa création en juin 1952, il en fut président en 1954.
Membre actif du Mouvement de la paix, créé au lendemain de la guerre, il siègea comme député communiste aux deux Assemblées nationales constituantes, puis à l'Assemblée nationale dès 1946. Il fut constamment réélu dans l'Allier jusqu'en 1978, sauf pendant la législature 1962-1967.
 

A sa mort, il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise dans le caveau du Comité central du parti communiste français où reposent plusieurs camarades.
Sources principales :
 
Mes remerciements à l’hôtesse d’accueil du standard de la mairie de Villejuif qui s’est démenée comme un beau diable pour trouver un contact sérieux capable de m’indiquer ce qu’il était advenue de la dépouille de Marie-Claude Vaillant-Couturier. Son efficacité m’a permis de communiquer avec Vincent Ginsburger, petit-fils de Marie-Claude Vaillant-Couturier, qui m’a aimablement éclairée sur la fin de vie de son aïeule et sur des liens familiaux.
https://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-claude-vaillant-couturier/
Cahiers de l’Histoire -Revue d’histoire critique : Dominique Durand, Marie-Claude Vaillant-Couturier. Une femme engagée du PCF au procès de Nuremberg, Balland, Paris, 2012, 442 p.
https://journals.openedition.org/chrhc/3218?lang=en
http://certitudes.eklablog.com/marie-claude-vaillant-couturier-la-noblesse-d-un-peuple-a196782158
https://maitron.fr/spip.php?article134754
(*) commentaire(s)
© MCP
© MCP
10 juin 2022
TOMBES SÉPULTURES DANS LES CIMETIÈRES ET AUTRES LIEUX
par Marie-Christine Pénin
ACCUEIL
THEMES 
DE A à Z 
CONTACT
FACEBOOK
Chercher
NOUVEAUX ARTICLES
 

Pour s'abonner à la Newsletter : CLIQUER  sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
LIEUX D'INHUMATIONS
EN LIGNE
 
-Abbaye de Chelles (77)
-Abbaye de Cîteaux (21)
-Abbaye de Fontevraud (49)
-Abbaye de Longchamp (75) (disparue)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
-Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
-Collège des Ecossais (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
-Collégiale St-Martin de Montmorency  (95)
-Colonne de Juillet (75)
-Commanderie  Saint-Jean-de-Latran (75) (disparue)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Bénédictins anglais (75)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie, rue St-Antoine (75)
 
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
Eglise St-Germain de Charonne (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-des-Ménétriers (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Escurial (monastère de l') (Espagne)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Rouges (75) (disparu)
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
-Hospice des Quinze-Vingts St-Honoré (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée d'Hadrien à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Oratoire St-Honoré ou du Louvre (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
COPYRIGHT 2010 - 2022 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.