RETOUR PERSONNALITES LIEES A LOUIS XV
RETOUR LOUIS XVI ET LA RÉVOLUTION 
PAOLI Pascal (1725 – 5 février 1807)
Hameau de la Stretta à Morosaglia (Haute-Corse)
Fils cadet de Giacinto Paoli, général de la Nation qui, en 1729, devint l'un des chefs des insurgés lorsque la Corse se souleva contre la domination génoise, sa petite enfance se déroula dans un climat d'insoumission et de désir d'indépendance. En 1739, il connut son premier exil lorsque son père fut banni de l’île après sa conquête de l'île par le maréchal de Maillebois.
A Naples, pourvu d'une solide instruction, il s'orienta vers une carrière militaire et entra, comme cadet, dans le régiment de son père (1741). Après avoir suivi les cours de l'Académie royale de Naples, il goûta à la vie de garnison en Sicile puis sur l'île d'Elbe (1754).
Revenu en Corse (1755), il y fut élu général en chef et, dès lors, présida aux destinées d'une Corse indépendante. Il la dota d'une administration, d'une justice, d'une monnaie et d'une constitution républicaine, etc. Le traité de Versailles du 15 mai 1768 remit tout en question : contre un prêt de deux millions de livres, la République de Gênes offrait la Corse en garantie à la France.
Paoli souleva les populations contre les armées de Louis XV, mais fut battu à Ponte-Novo (1769). Refusant de se soumettre, il reprit le chemin de l'exil qui le mena en Angleterre. Son combat étant devenu célèbre à travers l'Europe, il fut acclamé dans son pays d’accueil comme dans chacun de ceux qu’il traversa.
 
La Révolution française devait modifier la donne. Amnistié grâce à ses idées proches de celles des révolutionnaires, il revint en Corse en 1790.
Il débarqua à Macinaggio le 14 juillet pour être élu commandant en chef de la Garde Nationale et président du Directoire Départemental. Cependant, la radicalisation des événements l’ayant amené à s'éloigner de la Convention, soupçonné de traiter avec l'Angleterre, il fut décrété d’accusation comme « traître à la république française » (1793).
Il appela alors le peuple Corse aux armes, proclama la sécession, et se mit en relation avec l'amiral Nelson qui lui envoya deux mille hommes et une partie de son escadre. Elevé au rang de « Père de la patrie » par les patriotes et députés corses, son idée était de séparer la Corse de la France et de l'unir à l'Angleterre en offrant la souveraineté de son île à George III : ce fut l'éphémère royaume anglo-corse (juin 1794-octobre 1796) dont il souhaitait être le vice-roi. Les Anglais ne l’entendant pas de cette oreille, il fut écarté du titre au profit de Sir Gilbert Elliot. Mécontent, Paoli se retira à Monticello mais restait suffisamment influent pour faire perdre aux Anglais ce qui leur avait donné. Prudent, Gilbert Elliot le fit rappeler en Grande-Bretagne qui « l’invita » à quitter l’île. Il obtempéra et s'embarqua en octobre 1795 pour Londres où, installé confortablement, mais sans espoir de retour dans sa patrie, il mourut après s’être réjoui de l’avènement de Napoléon.
 
Comme de nombreux exilés français, il fut inhumé dans l’ancien cimetière londonien Saint-Pancrace (Old St-Pancras). Dès 1865, des Corses établis à Londres, les frères Casabianca, lancèrent une alerte : le tombeau de Paoli risquait d’être détruit en raison du tracé d’une ligne de chemin de fer. L’inquiétude aboutit, en 1873, à une souscription lancée pour ramener au sol natal les cendres du général. Plusieurs fois ajourné par de sérieux obstacles financiers, le projet vit enfin le jour en 1889.
L’illustre dépouille quitta Londres pour Calais, où le cercueil et les marbres furent placés dans un wagon spécial. Direction Marseille d’où un bateau les transportèrent jusqu’à l’île Rousse. Enfin, le 4 septembre 1889, les cendres atteignaient bon port où une foule et de nombreuses personnalités les attendaient. Gardées dans l’église de la ville, le 6 septembre elles prirent le chemin de Morosaglia pour y être déposée le 8 dans la maison natale du général, au hameau de la Stretta. Le rez-de-chaussée de la maison, qui abrite  le Musée Pascal-Paoli, est en partie occupé par la chapelle où se trouve la tombe  du Babbu.  
Symbolique autant que politique, ce retour enracinait le héros dans son environnement naturel, mais également dans la mémoire collective.
https://www.isula.corsica/musees/MERUSAGLIA-Maison-natale-de-Pasquale-Paoli_a214.html
© Jean Krausse
Mais sa mémoire n’est pas qu’honorée au lieu de sa sépulture.
 
Son nom apparaît sur l’une des faces du Burdett Coutts memorial, monument situé dans le vieux cimetière St-Pancrace, qui reprend les noms des défunts inhumés près de l’église et dont les sépultures ont disparu.
Burdett Coutts memorial © Richard Rogerson
Dans la nef de l'abbaye de Westminster, un buste et une longue épitaphe témoignent de la haute estime dans laquelle il était tenu en Angleterre.
Merci à Didier Grau pour cette photo de Ugo Valfer
Traduction de l’épitaphe :
« A la mémoire de Pascal Paoli, l’un des plus éminents et plus illustres personnages de son temps. Il naquit à Rostino, en Corse, le 5 avril 1725 ; à l’âge de trente ans il fut élu à l’unanimité chef suprême de l’île et mourut dans cette métropole le 5 février 1807, à 82 ans. Il consacra sa jeunesse et la plus grande partie de sa vie à la cause de la liberté, qu’il soutint noblement contre l’usurpation de la tyrannie génoise et française. Par ses magnifiques exploits, ses institutions utiles et bienfaisantes, son zèle national et patriotique manifesté en toute occasion, il a très justement mérité le titre glorieux et rare de « Père de la Patrie » . Contraint, par la force supérieure de ses ennemis, de quitter la Corse, il chercha refuge dans cette terre de Liberté et fut ici reçu avec la plus grande bienveillance (dans l’assentiment général d’une nation magnanime), sous la protection de Sa Majesté le Roi George III de la main généreuse duquel, il obtint non seulement un refuge sûr et honorable mais put profiter, pour le restant de ses jours, de la compagnie de ses amis et fidèles partisans dans une retraite digne et confortable. Il exprima jusqu’à la fin de sa vie, la plus grande gratitude envers la bonté paternelle de sa Majesté à son égard, priant pour la personne sacrée du souverain et la prospérité de son Empire »
 



Sources principales :
Texte très inspiré du blog :
-https://www.napoleon.org/histoire-des-2-empires/biographies/paoli-pascal-philippe-antoine-dit-pasquale-paoli-1725-1807-patriote-corse/
Concernant le tetour des cendres et sépulture :
-Le retour  des cendres de Pascal Paoli à Morosaglia par Augustin Chiodetti http://corseimagesethistoire.over-blog.com/2019/09/le-retour-des-cendres-de-pascal-paoli-a-morosaglia.html
-The environs of London […]-Volume II-partie II par le Révérend Daniel Lysons (1811)
(*) commentaire(s)
17 novembre 2019
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 11 décembre 2019
COPYRIGHT 2010 - 2019 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.