RETOUR  SECONDE GUERRE MONDIALE
Elève de Saint-Cyr puis de l’Ecole de cavalerie de Saumur, cinq fois blessé lors de la Première Guerre mondiale, officier de la Légion d'honneur, titulaire de huit citations et de la Military Cross, après diverses affections à la fin de le guerre, De Lattre se porta volontaire pour le Maroc (1921-1926) où il fut chef d'Etat-major de la région de Taza pendant la campagne du Rif.
 
Entré premier à l’Ecole de Guerre, il servit dans plusieurs régiments avant de  devenir, en 1939, le plus jeune général de France.
Commandant de la 14e DI à Rethel pendant l'offensive allemande de mai 1940, ses unités repoussèrent l'ennemi à trois reprises et firent deux mille prisonniers. Pendant la débâcle, il continua à se battre dans plusieurs places puis se replia devant Clermont-Ferrand.
Après l’armistice, il se consacra à la formation des cadres avant de créer une nouvelle école à Salammbô en Tunisie. Rappelé en France en janvier 1942, il fut nommé commandant de la 16e division militaire à Montpellier et promu général de corps d'armée.
 
En novembre, à l'arrivée des forces allemandes en zone sud, il donna l'ordre à ses troupes de sortir des garnisons et de résister. Trahi et arrêté, il fut interné à Toulouse, puis au Fort Montluc à Lyon. Condamné à dix ans de prison, transféré à Riom d'où il s'évada dans la nuit du 2 au 3 septembre 1943 grâce à la résistance française, il rejoignit Londres et retrouva De Gaulle à Alger qui le promut général d'armée.
Après la campagne d'Italie, il se vit confier la formation et le commandement de l'Armée B, future Première Armée Française. En six mois, il réussit l'amalgame des troupes d'Afrique du Nord avec les Forces françaises libres et les volontaires évadés de France et de l'Empire.
 
Ayant libéré l'Ile d'Elbe, De Lattre débarqua en Provence, le 15 août 1944 aux côtés des Alliés et fut fait Compagnon de la Libération en septembre. Commença alors la remontée de la Vallée du Rhône avec les durs combats de Chalon-sur-Saône, Beaune et Autun. Mettant au point l’offensive qui mena la 1ère Armée jusqu’au Rhin la première, la contre attaque allemande empêcha sa progression jusqu'en janvier 1945. Reprenant l’initiative, il libéra Colmar non sans avoir volontairement ralenti l’action de la 2e DB de Leclerc, libérateur de Paris et de Strasbourg, dont il il jalousait les lauriers.
Passant le Rhin, pénétrant en Autriche, il poussa jusqu'à Arlberg, entamant la fameuse campagne Rhin et Danube. Le 9 mai 1945, au nom de la France, aux côtés des Alliés, il signa à Berlin l'acte de capitulation de l'Allemagne nazie.
 
Chef d'Etat-major général de la Défense nationale et inspecteur général de l'Armée de Terre, inspecteur général des Forces armées, il fut, auprès du maréchal Montgomery, le premier commandant supérieur des Forces terrestres de l'Europe occidentale.
Nommé haut-commissaire en Indochine et commandant en chef en Extrême-Orient en décembre 1950, il rétablit la situation au Tonkin par les victoires de Vinh-Yen et de Mao-Khé.
Quelques mois plus tard, le 30 mai 1951, son fils unique, Bernard, fut tué à Ninh-Binh à la tête d'un escadron vietnamien du 1er Chasseurs.
 
Après plusieurs missions à Washington, Londres et Rome, il repartit pour l’Indochine qu’il quitta en novembre 1951 pour se rendre France à l’occasion de la Conférence des Etats Associés. Mais épuisé par le surmenage dû à sa carrière que ses blessures anciennes aggravaient, très affecté par la mort de son fils et atteint d'un cancer de la hanche, il mourut peu après à Neuilly-sur-Seine des suites d’une opération.
 
Le 15 janvier, ses obsèques nationales furent célébrées en l'église Saint-Louis des Invalides en présence de nombreuses personnalités. Sa dépouille fut ensuite transportée  sur le char « Alsace » jusqu’à l’Arc de triomphe où ses soldats défilèrent avant la foule parisienne. Le jour même, il fut élevé à la dignité de maréchal de France à titre posthume par le président Vincent Auriol qui déposa le bâton de Maréchal devant le cercueil, sur un coussin fixé à l’avant du char.
Le cortège rue de Rivoli
"A la tombée du soir, escorté par trois pelotons de gardes républicains, il descendit les Champs Élysées jusqu’à la cathédrale Notre-Dame. Le lendemain, après l’absoute, le cortège traversa à nouveau Paris au milieu d’une foule bouleversée, jusqu’à l’Esplanade des Invalides où une ultime revue des troupes rendit hommage au « roi Jean ». L’automitrailleuse portant le corps s’ébranla le 17 janvier à l’aube, en direction de la Vendée."
Comme il le souhaitait, Jean de Lattre de Tassigny fut inhumé auprès de la tombe de son fils Bernard, dans le cimetière de Mouilleron-en-Pareds, son village natal.
 
Dans la nef de Saint-Louis des Invalides, une plaque ornée d'un médaillon  rappelle  ses principaux faits de guerre.
LATTRE DE TASSIGNY Jean de (1889 – 11 janvier 1952)
Cimetière de Mouilleron-en-Pareds (Vendée)
27 mai 2014
© MCM
http://www.passionmilitaria.com/t11496-marechal-de-lattre-de-tassigny
(*) commentaire(s)
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des chanoinesses de Picpus (75)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 
-Noviciat de l'Oratoire (75)
 
-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
-Prieuré Ste-Croix-de-la-Bretonnerie (75) (disparu)
 
-SAINTE-CHAPELLE DU PALAIS (75)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 18 février 2020
COPYRIGHT 2010 - 2020 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.