RETOUR IIIe REPUBLIQUE
22 décembre 2012
CLEMENCEAU Georges (1841 – 24 novembre 1929)
Lieu-dit « le Colombier » à Mouchamps (Vendée)
« L’obstination têtue » était de ces vertus qu’il revendiquait de ses racines vendéennes. Celui qui fit partie de la poignée de grands hommes de la IIIème République en fit preuve toute sa vie.
 
Force de la nature issue d’une lignée de médecins, il commença par cette carrière avant de se lancer dans le journalisme et surtout la politique où, imprégné des idées de son père, il se montra un défenseur acharné de la République.
Le cercueil de Clemenceau quitte Paris. Photo: Rol.
Le convoi arrive au Colombier. Photo: Agence Wide World
Au bout d’un chemin, en contrebas d’une petite pente descendant vers le Petit-Lay, la tombe. Photo Wide Word
Inhumé en toute intimité entouré de sa famille et de quelques proches. On voit la stèle à gauche. Photo Wide Word
Dernier hommage rendu par des paysans vendéens. A gauche, la grille de la tombe de son père. Photo: Wide World
De nos jours. PhotoTux-Man (Wikipedia)
La statue d'Athéna et le cèdre. PhotoTux-Man (Wikipedia)
PhotoTux-Man (Wikipedia)
(*) commentaire(s)
Devenu la figure de proue des radicaux remarqué par de fortes prises de position, il s’opposa à la politique coloniale de Jules Ferry qu’il contraignit à démissionner (1885). L’année précédente, Léon Gambetta ayant déjà fait les frais de sa fougue, sa réputation de « tombeur de ministères » était faite. Le Tigre assénait les mots comme des coups de griffes
 
Compromis indirectement dans le scandale de Panama, il se trouva temporairement écarté de la politique et retourna vers le journalisme. Responsable de la ligne éditoriale du journal L’Aurore, il s’illustra en 1898 en y publiant le célèbre « J’accuse » d’Émile Zola.
 
1902 marqua son retour en politique. Sénateur du Var, fervent défenseur de la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat, ministre de l’Intérieur et Président du Conseil de 1906 à 1909, l’Histoire a aussi retenu la force avec laquelle il réprima les mouvements sociaux (grève des mineurs du Pas-de-Calais et révolte des vignerons en Languedoc-Roussillon). On lui doit également la création le ministère du Travail (1906) et les fameuses brigades du Tigre (1907).
 
Renversé en 1909, il se consacra de nouveau au journalisme et  fonda le journal l’Homme libre 'par la suite  L'Homme enchaîné) qui combattit systématiquement tous les gouvernements !
 
En 1917, malgré son antipathie, Raymond Poincaré le rappela au pouvoir, l’estimant seul capable de terminer victorieusement la guerre. Ce qu’il fit, en mobilisant l’énergie des civils et des militaires et en soutenant le moral des troupes.
En incarnant pour toute une génération l’histoire même de la France,  on lui rajouta celui de « Père la victoire » à ces nombreux surnoms. Jouissant d’une énorme popularité, il fut élu par acclamation à l’Académie française, où il ne siégea jamais,  trois jours à peine après la signature de l’armistice.
Chargé des négociations du traité de Versailles dans une ambiance générale revancharde, il ne perçut pourtant pas la démesure des réparations demandées à l’Allemagne.
 
A 79 ans, seule la magistrature suprême manquait à son palmarès. Il s’y attaqua pour les élections présidentielles de 1920. Mais, malgré son âge, allez ficeler un tel personnage dans un rôle de représentation ! Alors, par crainte, les parlementaires lui préférèrent Paul Deschanel. Déçu, l’égo très égratigné, il se retira définitivement de la politique pour se consacrer aux voyages à l’écriture.
 
Depuis plusieurs générations, les Clemenceau possédaient un domaine, le « Colombier », sur la commune de Mouchamps. C’est là, auprès de son père, à qui il vouait une admiration sans borne, qu’il souhaitait être inhumé. Il avait, par avance, réglé tous les détails de ses obsèques, refusant des funérailles nationales.
 
Comme le rappelle le panneau qui mène à sa sépulture, on peut être surpris d’une telle simplicité. Seule, une copie de la déesse Athéna, une de ses références, casquée dite « de Samos », oeuvre de son ami  Sicard, surplombe les deux sépultures jumelles. Pas de stèle funéraire. âs d'inscriptions. une simple grille ombragée par un grand cèdre de l'Atlas, « arbre de La Liberté », planté par son père en 1848.
Après sa mort, survenue à Paris, on mena ce grand Monsieur de l’histoire dans sa terre vendéenne, sobrement porté à bras d'hommes jusqu’à sa dernière demeure, "cimetière" classé aux Monuments historiques depuis 1998.
La 5ème photo qui suit tord le cou à une vieille légende: Clemenceau ne fut pas inhumé debout !!
ACCUEIL
THEMES 
Chercher
CONTACT
DE A à Z 
FACEBOOK
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
Pour s'abonner à la Newsletter : l'inscription se fait en cliquant sur "Contact" en précisant bien le sujet et votre adresse E.mail.
par Marie-Christine Pénin
NOUVEAUX ARTICLES
LIEUX D'INHUMATIONS
 
-Abbaye royale de Chelles (77)
-Abbaye de Maubuisson (95)
-Abbaye de Montmartre (75)
-Abbaye de Port-Royal (75)
- Abbaye de Port-Royal-des-Champs (78)
-Abbaye St-Antoine-des-Champs (75) (disparue)
-Abbaye et église St-Germain-des-Prés (75)
-Abbaye St-Victor (75) (disparue)
-Abbaye St-Yved de Braine (02)
-Abbaye Ste-Geneviève (75)
-Abbaye du Val-de-Grâce (75)
 
-Basilique St-Denis (93)
-Basilique St-Pierre de Rome
-Basilique St-Remi de Reims (51)
-Basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem (Israël)
 
-Catacombes de Paris
-Catacombes de Rome
 
-Cathédrale Notre-Dame (75)
 
-Chapelle Royale de Dreux (28)
-Chapelle de la Sorbonne (75)
-Chapelle des Incurables (75)
-Chapelle St-Aignan (75)
-Chapelle St Peter-ad-Vincula, (Tour de Londres)
 
-Chartreuse de Gaillon-lez-Bourbon (27) (disparue)
 
-Cimetière de Bonsecours (76)
-Cimetière du Calvaire (75)
-Cimetière de Clamart (75)
(disparu)
-Cimetière des chiens d'Asnières (92)
-Cimetière des enfants de Pen-Bron (44)
-Cimetière des Errancis (75)
-Cimetière "des fous" d'Evreux (27)
-Cimetière des Innocents (75) (disparu)
-Cimetière des Invalides (Invalidenfriedhof) Berlin
-Cimetière de la Madeleine
(ancien cimetière révolutionnaire)
-Cimetière du Mont Herzl à Jérusalem (Israël)
-Cimetières parisiens (subtilités)
-Cimetière parisien d'Ivry (94)
-Cimetière parisien de Vaugirard (disparu)
-Cimetière de Picpus (75)
-Cimetières protestants
-Cimetière St-André-des-Arts (75) (disparu)
-Cimetières St-Benoît (75) (disparus)
-Cimetière St-Denis-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Etienne-du-Mont (75) (disparu)
-Cimetières de St-Eustache (75) (disparus)
-Cimetière St-Germain-l'Auxerrois (75) (disparu)
-Cimetière St-Gervais (75)
(disparu)
- Cimetière St-Jacques-du-Pas (75) (disparu)
-Cimetière St-Jean-en-Grève (75) (disparu)
-Cimetière St-Landry (75) (disparu)
-Cimetière St-Laurent (75) (disparu)
-Cimetière St-Marcel (75)
(disparu)
-Cimetière St-Médard (75)
(disparu)
-Cimetière St-Nicolas-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetière St-Nicolas-du-Chardonnet (75) (disparu)
-Cimetière St-Paul-des-Champs (75) (disparu)
-Cimetières St-Roch (75) (disparus)
-Cimetière St-Sulpice (75)
(disparu)
-Cimetière de la Salpêtrière (75) (disparu)
-Cimetière de Sapanta (Roumanie)
-Cimetière St-Sauveur (75) (disparu)
Cimetière et charniers St-Séverin (75)
Cimetière Ste-Catherine (75)
(disparu)
-Cimetière Ste-Marguerite (75)
 
-Collège de Beauvais ou de Dormans (75)
 
-Collégiale St-Georges de Vendôme (41) (disparue)
-Collégiale St-Laurent de Joinville (52) (disparue)
 
-Colonne de Juillet (75)
 
-Couvent de l'Ave Maria (75) (disparu)
-Couvent des Augustins-Déchaussés (75) (disparu)
-Couvent des Blancs-Manteaux (75) (disparu)
-Couvent des Capucins de la rue St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Capucines (75)
(disparu)
-Couvent des Carmélites de la rue St-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Carmes-Billettes (75)
-Couvent des Carmes-Déchaussés (75)
-Couvent des Célestins (75) (disparu)
-Couvent des Cordeliers de Nancy (54)
-Couvent des Cordeliers (75)
(disparu)
-Couvent des Chartreux de Vauvert  (75) (disparu)
-Couvent des Feuillants du Fg St-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des Grands-Augustins (75) (disparu)
-Couvent des Grands Carmes ou Carmes Barrés ou Carmes Maubert (75)  (disparu)
- Couvent des Jacobins réformés de la rue Saint-Honoré (75) (disparu)
-Couvent des  Jacobins de la rue Saint-Jacques (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de Chaillot (75) (disparu)
-Couvent des Minimes de la place Royale (75) (disparu)
-Couvent des Pénitents du Tiers-Ordre de St-François ou Pénitents de Picpus (75)
(disparu)
-Couvent des Petits-Augustins (75)
-Couvent des Récollets (75)
-Couvent des Théatins (Paris) (disparu)
-Couvent de la Visitation Ste-Marie (75)
-Crypte impériale des Capucins de Vienne (Autriche)
 
-Eglise du Dôme des Invalides (75)
-Eglise de La Madeleine (75)
-Eglise La Madeleine-de-la-Cité (75) (disparue)
-Eglise Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (75)
-Eglise St-Barthélemy (75) (disparue)
-Eglise St-Benoît, la bien tournée (75) (disparue)
-Eglise St-Christophe (75) (disparue)
-Eglise et cimetière St-Côme-et-St-Damien (75) (disparus)
-Eglise St-Denis-de-la-Chartre (75) (disparue)
-Eglise St-Denis-du-Pas (75) (disparue)
-Eglise St-Eloi (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne (75) (disparue)
-Eglise St-Etienne-du-Mont (75)
-Eglise St-Eustache (75)
-Eglise St-Germain-l'Auxerrois (75)
-Eglise St-Germain-le-Vieux (75) (disparue)
-Eglise St-Gervais-St-Protais (75)
-Eglise St-Hippolyte (75) (disparue)
-Eglise St-Jacques-de-la-Boucherie (75)
- Eglise St-Jacques-du-Haut-Pas (75)
-Eglise St-Jean-en-Grève (75)
(disparue)
-Eglise St-Jean-le-Rond (75) (disparue)
-Eglise St-Julien-le-Pauvre (75)
-Eglise St-Landry (75) (disparue)
-Eglise St-Laurent (75)
-Eglise St-Leu-St-Gilles (75)
-Eglise (cathédrale) St-Louis-des-Invalides (75)
-Eglise St-Louis-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise et cimetière (disparu) St-Louis-en-l'Île (75)
-Eglise St-Marcel (75) (disparue)
-Eglise St-Martial (75) (disparue)
-Eglise St-Médard (75)
-Eglise St-Merry (75)
-Eglise St-Nicolas-des-Champs (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Chardonnet (75)
-Eglise St-Nicolas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-des-Champs (75) (disparue)
-Eglise St-Paul-St-Louis (75)
(ancien couvent des Jésuites)
-Eglise St-Pierre-aux-Arcis (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-aux-Boeufs (75) (disparue)
-Eglise St-Pierre-de-Montmartre
-Eglise St-Roch (75)
-Eglise St-Sauveur (75) disparue
-Eglise St-Séverin (75)
-Eglise St-Sulpice (75)
-Eglise St-Symphorien et St-Luc (75) (disparue)
-Eglise St-Thomas-du-Louvre (75) (disparue)
-Eglise Ste-Croix (75) (disparue)
-Eglise Ste-Geneviève-des-Ardents (75) (disparue)
-Eglise Ste-Marine (75) (disparue)
-Eglises et cimetières de l'île de la Cité (75) (disparus)
 
-Grottes vaticanes
 
-Hospice des Enfants-Trouvés (75) (disparu)
 
-Mausolée d'Auguste à Rome
-Mausolée de Mausole à
Halicarnasse (Bodrum) Turquie (disparu)
-Mémorial du Mt-Valérien (92)
 

-Panthéon de Paris
-Panthéon de Rome (Italie)
-POMPES FUNÈBRES, AUTREFOIS et leurs métiers disparus
-Prieuré St-Martin-des-Champs (actuel CNAM) (75)
-Prieuré Ste-Catherine-du-Val-des-Ecoliers (75) (disparu)
 
-SÉPULTURES DES BOURBONS
-SÉPULTURES DES ROIS D’ANGLETERRE (dynastie Anglo-saxonne)
-SÉPULTURES DES ROIS ET DUCS DE BRETAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS D'ESPAGNE
-SÉPULTURES DES ROIS DE FRANCE ET DES EMPEREURS (résumé)
-SUPPLICIÉS Lieux d'inhumations
 
-Temple (enclos, église et cimetière du) (75) (disparus)
Dernière mise à jour
au 5 juillet 2019
COPYRIGHT 2010 - 2019 - TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.