RETOUR BOULEVARD DU CRIME
Sa première sépulture au Mount Olivet
CAPONE Alphonse, dit Al (2)
                                           ...Sa famille
                                                                                                            ...Sa bande
Funérailles d‘Al Capone
Quoi qu’agissant avec assez peu de discrétion, entre la corruption, la peur des témoins et aussi de la chance, il faudra beaucoup de temps pour qu’Eliot Ness et son équipe d’Incorruptibles puissent enfin le faire traduire devant la justice le 24 octobre 1931.
Mais là encore, faute de « preuves », ce ne furent pas les plus de cinq cents assassinats dont il était responsable qui l’envoyèrent purger une peine de prison de douze ans entre les pénitenciers d’Atlanta et d’Alcatraz, mais la fraude fiscale.
Et comme la veine est aussi pour la fripouille, il sortit sept ans plus tard pour raison de santé et s’installa en Floride. Il est vrai qu’elle n’était pas bonne la santé d’Al Capone. Le Balafré n’avait plus grand chose à voir avec celui qui avait semé tant de terreur et de mort autour de lui. Miné par la syphilis depuis des années et diminué mentalement par une hémorragie cérébrale, ce fut finalement une pneumonie qui l’emporta. Et c’est entouré de sa famille, veillé par deux prêtres qui lui donnèrent les derniers sacrements que le gangster le plus célèbre du monde mourut  dans son lit.
Sa dépouille, déposée dans un somptueux cercueil de bronze, fut autorisée à être enterrée en lieu consacré, au cimetière Mount Olivet de Chicago, entre son père et son frère Ralph, dans la même terre que celle de la plupart de ses victimes privées d’une fin si chaleureuse.
 
En mars 1952, leurs restes furent déplacés dans leur nouveau cimetière, à environ 40 mn  de Chicago (Hillside), où d’autres figures du crime organisé du gang, tels "Machine Gun" Jack McGurn ou Frank Nitti, les avaient précédés.
Photo MCP
Du temps de notre visite, ce monument avait totalement disparu sous la  végétation.
Photo Josh Perry
Les autres membres de la famille
Comme beaucoup de familles italiennes, Gabriel (1865 – 14 novembre 1920) et Teresa Capone donnèrent naissance à une nombreuse fratrie : sept garçons suivis de deux filles. Ils émigrèrent en 1894.
En dehors de son nombre, une des forces de la famille Capone fut sa capacité à rester soudée pendant  les époques qui leur furent défavorables. Ils survécurent à la disparition de James et surmontèrent leur chagrin causé par la perte de Frank.
 
Cependant, quand Al et Ralph furent emprisonnés dans les années 1930, leur capacité à maintenir le contrôle sur la pègre de Chicago disparut. Aucun des frères d’Al ne put vraiment le remplacer pendant ses huit années d’emprisonnement à Alcatraz.
Les plus jeunes, John, Albert et Matthew ne souhaitaient pas vouer leurs vies au crime après avoir constaté le prix payés par les trois aînés. A sa libération, l’état de santé mentale d’Al ne permit pas le rétablissement de la famille.
La dynastie des Capone avait vécu.
(*) commentaire(s)
1-2-3-4->
1-2-3-4->
THEMES 
Chercher
DE A à Z 
ACCUEIL
TOMBES ET SEPULTURES DANS LES CIMETIERES ET AUTRES LIEUX
________________________________________________________________________________
par Marie-Christine Pénin
COPYRIGHT 2010 - 2020- TOUS DROITS RÉSERVÉS - Ce site est propriétaire exclusif de sa structure, de son contenu textuel et des photos signées MCP.  Sauf accord du propriétaire du site, toute reproduction, même partielle, à titre commercial est interdite. Les reproductions à titre privé sont soumises à l'autorisation du propriétaire du site. A défaut, le nom du site et de son auteur doivent obligatoirement être mentionnés. Tous les droits des auteurs des oeuvres protégées reproduites et communiquées sur ce site sont réservés.